Guadeloupe : à Goyave, l'eau polluée depuis plus de deux mois redevient potable

  • A
  • A
Guadeloupe : à Goyave, l'eau polluée depuis plus de deux mois redevient potable
L'eau de Goyave était polluée depuis plus de deux mois.@ MARCEL MOCHET / AFP
Partagez sur :

L'eau du robinet était polluée par une huile de synthèse. La source de la pollution n'a pas été identifiée mais les habitants peuvent à nouveau en boire.

Les habitants de la commune de Goyave, en Guadeloupe, vont de nouveau pouvoir boire l'eau du robinet, qui était polluée depuis plus de deux mois, ont annoncé les autorités. "Il n'y a plus de trace d'hydrocarbures, ni aucune autre pollution dans le réseau d'eau de Goyave", déclarent le Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau et d'Assainissement de la Guadeloupe (SIAEAG), les services de l'État et la mairie de la ville de Goyave dans un communiqué.

Pollution par une huile de synthèse. "Les analyses des prélèvements effectués le 25 juillet le confirment", ajoute le préfet de la Guadeloupe, Jacques Billant, précisant que ces analyses ont été "validées par les autorités sanitaires nationales". Depuis le 29 mai, la présence de traces d'un hydrocarbure "de type huile de synthèse" avait entraîné une interdiction de consommer, de se brosser les dents et de se laver avec l'eau de la commune de Goyave en raison du risque sanitaire. Plus de 200.000 bouteilles d'eau ont été distribuées aux usagers pour pallier le manque d'eau.

Les recherches continuent. "C'est un soulagement pour la mairie et pour les 5.000 usagers qui étaient concernés", a déclaré le maire de la ville Ferdy Louisy. "Le problème c'est qu'on ne connaît toujours pas la nature ni l'origine de ces hydrocarbures", s'inquiète en revanche Karine Norval, citoyenne qui a alerté les autorités sanitaires sur la présence de substances dans l'eau de son robinet, déclenchant ainsi les premiers prélèvements. "Les recherches vont continuer", a assuré Ferdy Louisy. "Le Bureau des recherches géologiques et minières va poursuivre ses investigations pour déterminer d'où vient cette pollution, et les risques d'un retour d'une situation similaire".