Grippe aviaire : levée de la zone de contrôle dans l'Ain

  • A
  • A
Grippe aviaire : levée de la zone de contrôle dans l'Ain
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

La zone de contrôle temporaire, mise en place la semaine dernière, a été levée lundi en l'absence du virus dans les élevages de volailles du périmètre, a indiqué la préfecture.

La zone de contrôle temporaire (ZCT) avait été mise en place mardi, dans l'Ain, après un premier cas confirmé de grippe aviaire H5N8. Elle a été levée lundi, en l'absence du virus dans les élevages de volailles du périmètre, a indiqué la préfecture de département. 

Deux cygnes découverts morts. Les autorités expliquent des visites vétérinaires effectuées entre le 13 et le 16 janvier ont permis de conclure qu'après huit jours et la découverte de l'influenza aviaire, aucun signe n'était finalement détectable dans ces élevages. Le 5 janvier, deux cygnes avaient été retrouvés morts sur un étang de la commune de Bouligneux, dans l'Ain. Les autorités avaient alors confirmé un cas de grippe aviaire "hautement pathogène".

Une ZCT avait été alors définie sur les communes situées dans un rayon de 5 kilomètres autour du lieu de la découverte. Dans ce périmètre, "aucune volaille, aucun produit issu des volailles détenues (viande, oeuf) ou en lien avec leur lieu de détention (aliment, litière, déjection...)" ne pouvaient sortir des exploitations. À l'intérieur, les mouvements de personnes, d'animaux et de véhicules devaient "être limités autant que possible."

Huit foyers dans la faune sauvage. La préfecture avait appelé la population à signaler sans délai toute découverte de cadavre d'oiseau sauvage auprès de la direction départementale de la protection des populations, de l'office national de la chasse et de la faune sauvage ou de la fédération de chasse. De même, les propriétaires ou détenteurs de "volailles ou d'oiseaux captifs", ont été sommés à respecter les "mesures générales de biosécurité, confinement et surveillance".

À ce jour, huit foyers de H5N8 au total ont été confirmés dans la faune sauvage, dont trois en Auvergne-Rhône-Alpes. Dans les élevages, 129 foyers, principalement dans le sud-ouest de la France, ont été recensés, selon le site du ministère de l'Agriculture.