Greenpeace bloque la centrale d'achat de Leclerc à Toulouse

  • A
  • A
Greenpeace bloque la centrale d'achat de Leclerc à Toulouse
Greenpeace proteste contre Leclerc.@ REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :

L'organisation écologiste a indiqué avoir lancé mardi matin une nouvelle action contre le distributeur en bloquant l'accès de ses camions à sa centrale d'achat régionale en banlieue de Toulouse.

Greenpeace poursuit son offensive contre Leclerc. L'organisation écologiste a indiqué avoir lancé mardi matin une nouvelle action contre le distributeur en bloquant l'accès de ses camions à sa centrale d'achat régionale en banlieue de Toulouse.

L'accès bloqué aux camions. Depuis 5h30, une quarantaine de militants bloquent la Socamil, située au rond-point de Tournefeuille. Ils n'empêchent pas les "employés de rentrer dans le périmètre du bâtiment avec leur voiture, mais en bloquent l'accès aux camions", a révélé Anaïs Fourest, responsable de l'agriculture au sein de l'organisation.

"L'enseigne qui a fait le moins pour la transparence". Leclerc est devenu le numéro 1 de la grande distribution cet été et a pris plus de 20%¨du marché devant les cinq autres enseignes, selon Greenpeace. "C'est aussi l'enseigne qui a fait le moins pour la transparence", affirme Anaïs Fourest.

"On a rencontré les six enseignes, les cinq autres nous ont donné des infos sur leurs pratiques, pas Leclerc", affirme encore cette militante. "Personne n'a pris d'engagement mais ils discutent, ce qui n'est pas le cas de Leclerc d'où notre campagne intitulée Leclerc Obscur".

Deuxième action anti-Leclerc. Greenpeace en est à sa deuxième grande action anti-Leclerc en cinq jours autour de Toulouse. Samedi, l'organisation avait accroché une banderole de 200 m2 sur un hyper des environs de Toulouse avec une parodie de slogan : "Pesticides pour tous". Plusieurs de ses militants en rouge affichaient sur le site commercial leur "non" à ces produits. Leclerc avait fait une mise au point affirmant qu'il se soumettait à la législation européenne dans ce domaine et avait même "pris les devants dans des réglementations à venir" en les précisant.