Fête de la musique : l'amusie, cette anomalie qui rend insensible à la musique

  • A
  • A
Fête de la musique : l'amusie, cette anomalie qui rend insensible à la musique
@ VALERY HACHE / AFP
Partagez sur :

Pour les 2 à 4% de personnes atteintes d'amusie en France, la traditionnelle Fête de la musique n'a pas vraiment d'intérêt…

Fête de la musique ou pas, on ne les verra jamais sur scène. Pour certaines des 2 à 4% de personnes atteintes d'amusie en France, l’événement musical traditionnel du 21 juin n'a même aucun intérêt. L'amusie ? Il s'agit d'une pathologie qui entraîne une incompréhension – partielle ou totale – de la musique. En quoi consiste-t-elle exactement ? A quoi est-elle due ? Eléments de réponse.

Qu'est-ce que l'amusie exactement ? Dans les grandes lignes, l'amusie désigne un trouble caractérisé par des compétences musicales diminuées : incapacité à chanter juste, à discerner une fausse note d'une autre, à distinguer l'aigu du grave. Dans quelques cas, les personnes ne différencient même pas une chanson d'une conversation normale, une mélodie du bruit d'un klaxon. Dans d'autres cas, les personnes arrivent à identifier une mélodie, mais sont incapables d'en retraduire le rythme ou d'en isoler des notes. Ce qui en fait de piètres musiciens… mais aussi de piètres danseurs !

L'exemple le plus célèbre se nomme Ernesto Rafael Guevara : selon certains scientifiques, c'est son amusie qui explique pourquoi le "Che" dansait le tango même lorsque l'orchestre jouait une valse. La plupart des personnes atteintes ne présentent pas de troubles auditifs particuliers, et sont capables de parler normalement. Elles peuvent parfaitement retenir une suite de mots qu'elles viennent d'entendre, mais deviennent amnésiques lorsqu'il s'agit de se souvenir d'une suite de notes !

Êtes-vous atteints d'amusie ? Des scientifiques lyonnais proposent un test en ligne, à retrouver ici.

Anhédoniques : ils comprennent la musique... mais ils ne ressentent rien ! L'amusie est à distinguer de l'anhédonie. S'ils ne parviennent pas à comprendre la musique, à isoler et retenir une note par rapport à une une autre, la plupart des amusiques peuvent tout de même ressentir une émotion en l'écoutant. Simplement, ils ne parviennent pas à l'analyser. Les personnes victimes d'anhédonie, en revanche, peuvent parfaitement distinguer les notes et danser en rythme ou chanter juste. En revanche, la musique ne leur procure absolument aucune émotion, aucun plaisir. Pour les uns, les scientifiques pensent que les circuits cérébraux de la perception et de la mémoire sont affectés. Pour les autres, il s'agirait des circuits cérébraux de l'émotion. Certains anhédonistes ne ressentent aucun plaisir à rien. Mais les scientifiques ont récemment découvert qu'il existait des formes d'anhédonisme spécifiques à la musique. 

A quoi l'amusie est-elle due ? "L'amusie n'est due à aucun problème auditif ou psychologique, et ne semble pas liée à d'autres troubles neurologiques", peut-on lire dans une étude de 2013 du CNRS,  de l'Inserm et du Centre de recherche en neurosciences de Lyon. Si la cause est encore inconnue, le lieu semble avoir été identifié dans le cerveau. "Les scientifiques ont observé que, lors de la perception et la mémorisation des notes, les personnes amusiques présentaient un traitement altéré du son dans deux régions cérébrales : le cortex auditif et le cortex frontal, essentiellement dans l'hémisphère droit", écrivent les chercheurs. "Par rapport aux personnes non-amusiques, leur activité cérébrale est retardée et diminuée dans ces aires spécifiques au moment de l'encodage des notes musicales. Ces anomalies surviennent dès 100 millisecondes après le début d'une note", poursuit l'étude.

Chez les amusiques, les scientifiques ont constaté un excès de matière grise et une carence en matière blanche dans le cerveau. Cette anomalie est-elle congénitale ? Liée à la culture musicale ? Due à une malformation neurologique dès la naissance ? Pour l'heure, rien n'est exclu. Mais en identifiant le lieu et le moment de l'anomalie, les chercheurs ont bon espoir de pouvoir agir et d'aider à résoudre l'anomalie.