Fermeture des côtes libyennes aux bateaux étrangers : "on a déjà vu des garde-côtes libyens tirer"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les ports libyens sont désormais fermés aux bateaux étrangers pour empêcher les ONG et autres navires de secourir les migrants en perdition.

INTERVIEW

Depuis deux jours, la Libye interdit aux navires étrangers de s'approcher de ses côtes. Une zone dans laquelle le bateau Aquarius de Médecins sans Frontières continue d'opérer en coopération avec les autorités italiennes malgré une situation floue avec la Libye.

Une zone qui n'est pas déterminée. La création des cette zone de "recherche et de sauvetage" a quelques conséquences sur les missions des ONG, sans que des ordres leur aient clairement été transmis. "On nous demande de ne pas intervenir dans les eaux territoriales libyennes", explique Corinne Torre, chargée de mission France pour Médecins sans Frontières, au micro d'Europe 1. "Sauf que la zone n'est pas déterminée. Donc si nous devons effectuer des opérations de sauvetage, nous communiquons avec les autorités libyennes pour savoir si nous avons la capacité ou pas d'intervenir".

"On a déjà vu des garde-côtes libyens tirer". Et si une ONG décide de désobéir à la Libye ? "Je pense qu'ils vont avoir des problèmes. On est dans le flou mais on a déjà vu des garde-côtes libyens tirer. Il y a une réelle volonté aujourd'hui d'empêcher les bateaux d'intervenir pour effectuer des sauvetages." Pour Corinne Torre, l'objectif est clair pour les autorités libyennes : repousser les naufragés vers ses côtes. "Ce qui est extrêmement dangereux puisqu'on ne pourra pas sauver ces personnes en mer Méditerranée. Et puis les renvoyer en Libye, connaissant les conditions de vie là-bas avec des pratiques de tortures, de viols..."

Le C-Star, un symbole des anti-migrants. Le C-Star, un bateau affrété par des militants identitaires, opère depuis plusieurs semaines en Méditerranée. Son but est de perturber l'action des ONG qui sauvent les migrants. "Il faut tout de même entendre qu'il y a des personnes mécontentes de cet afflux de migrants cependant le C-Star est extrêmement dangereux même s'ils n'ont rien fait de concret pour l'instant", reconnaît la chargée de mission. Néanmoins "même si nous considérons que ce bateau n'est pas dangereux, il pourrait toujours y avoir un incident".

Le 6 août dernier, le bateau a fait une opération d'intimidation sur l'Aquarius "nous n'étions pas en opération de sauvetage mais il nous a foncé dessus. Nous nous sommes déroutés pour éviter un incident", raconte-t-elle encore.