Féminisation de la restauration : "Ça va de mieux en mieux", assure la cheffe étoilée Julia Sedefdjian

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Julia Sedefdjian, plus jeune cheffe étoilée de France, revient sur la place des femmes dans la restauration française au micro de Matthieu Noël, alors qu'elle ouvre à Paris sa deuxième cuisine.

INTERVIEW

"Les femmes arrivent en force" dans la restauration. C'est que qu'affirme Julia Sedefdjian, la plus jeune cheffe étoilée de France, "23 ans trois quarts", qui revient, ce vendredi, sur l'intégration des femmes dans le milieu de la cuisine, alors qu'elle a récemment ouvert son deuxième restaurant, Bô, dans le cinquième arrondissement de la capitale. 

>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

"Il faut laisser le temps au temps". "Je ne sais pas si c'est plus dur pour une femme de se faire une place en cuisine", explique Julia Sedefdjian, au micro de Matthieu Noël, vendredi, alors que la semaine du goût bat son plein. "Je n'ai pas vraiment eu de soucis avec ça dans ma carrière, mais je peux comprendre que cela le soit dans des grosses structures", détaille-t-elle, avant de prendre pour exemple la seule femme chef à détenir trois étoiles au Guide Michelin : "Quand Anne-Sophie Pic a repris la cuisine de son père, en 1997, ça a dû être difficile", pense-t-elle. "Mais ça va de mieux en mieux : il y a de plus en plus de femmes dans les écoles hôtelières, en pâtisserie, en salle, en cuisine, il faut laisser le temps au temps", résume-t-elle.

Découvrez la première femme élue "meilleur pâtissier au monde" :

"Dans trois, voire quatre ans, on n'en sera plus là". A en croire Julia Sedefdjian, on serait donc en face d'une "féminisation" de la cuisine, et du métier de chef. "Dans dix ans, même si on n'atteint pas l'équilibre, on sera nombreuses, on est de plus en plus, et je suis même sûre que, déjà, dans trois voire quatre ans, on n'en sera plus là", espère le phénomène de la gastronomie. Mais en février dernier, le Guide Michelin n'a donné ses faveurs à aucune femme, à l'exception de deux couples. Le chemin semble donc encore long avant d'atteindre la parité, derrière les fourneaux.