Faut-il interdire le téléphone portable à l'école ?

  • A
  • A
Faut-il interdire le téléphone portable à l'école ?
Aujourd'hui l'utilisation des téléphones portables est déjà interdite dans les collèges et les écoles durant les cours.@ AFP
Partagez sur :

Emmanuel Macron, qui a détaillé jeudi son programme pour la présidentielle, souhaite interdire les téléphones portables dans les écoles et collèges.

C'est l'une des mesures du programme d'Emmanuel Macron, le candidat à la présidentielle dévoilé jeudi : interdire l'usage des téléphones portables dans l'enceinte des collèges et des écoles primaires. Cette proposition de l'ancien ministre de l'Économie est-elle concrètement applicable ? Est-ce un vrai problème ? Et qu'en pensent les enseignants ? Europe 1 fait le point.  

  • Le téléphone portable déjà interdit en salles de classe

Une interdiction pas toujours respectée. Aujourd'hui l'utilisation des téléphones portables est déjà interdite dans les collèges et les écoles durant les cours, comme le précise le code de l'éducation. Pour autant, certains enseignants tolèrent voire n'hésitent pas à se servir des téléphones portables malgré l'interdiction, car ils y trouvent un intérêt pédagogique. "Je demande à mes élèves de 3e d'utiliser leur portable pour des traductions français-anglais. Car dans la classe nous n'avons que deux dictionnaires bilingues pour 30 élèves", nous explique Charlotte, professeure d'anglais en Loire-Atlantique. "Cela peut être utile pour pallier aux manques de moyens technologiques de certains établissements'", souligne quant à lui Pierre-Jean, professeur en sciences économiques et sociales dans un lycée de Vincennes, en région parisienne.

Un outil pédagogique. "On peut le voir comme un outil dans la trousse que l'on sort lorsqu'on en a besoin, comme la règle ou le crayon", confirme Jean-Marie Gilliot, maître de conférence à l'école d'ingénieurs IMT Atlantique. "Le téléphone peut être utilisé par exemple pour faire des recherches, pour filmer quelque chose que l'on souhaite observer. En Angleterre, un professeur a ainsi choisi d'emmener ses élèves se promener avec leur téléphone portable pour mesurer le niveau sonore de l'environnement et pour comprendre si cela pouvait gêner les oiseaux. Le portable a pu être utilisé en cours de physique par exemple pour mesurer la vitesse d'accélération d'un ascenseur."

Un frein à la concentration. Reste que selon une étude de 2015 menée au Royaume-Uni par la London School of Economics, l'utilisation du téléphone portable en cours nuirait à la concentration. L'étude qui s'est penchée sur les résultats scolaires de 130.000 élèves de 91 établissements du pays, montre que les élèves scolarisés dans des lycées qui ont interdit le téléphone portable ont de meilleurs résultats que ceux scolarisés dans des établissements dans lesquels le smartphone n'est pas banni. Et ce sont les élèves les moins à l'aise à l'école qui en pâtiraient le plus, détaillent les chercheurs.

  • Et le téléphone portable dans les cours de récré  ?

Un choix des parents. Dans sa proposition, Emmanuel Macron suggère d'interdire plus largement les smartphones dans l'enceinte de l'établissement. Or plus que l'interdiction en salle de classe, c'est davantage l'interdiction dans la cour de récré et pendant les intercours qui laisse les syndicats d'enseignants dubitatifs. Valérie Sipahimalani, secrétaire générale adjointe du premier syndicat enseignants, le SNES, s'interroge sur "l'objectif" de cette mesure. "Est-ce un objectif pédagogique? Si oui, lequel ? Est-ce pour protéger les enfants des ondes" électromagnétiques ? Elle rappelle que les élèves sont équipés par leurs parents, "qui veulent pouvoir joindre leur enfant après la classe, parce que ça les rassure".

Un problème de droit à la vie privée. Pour Vincent Le Roy, secrétaire départemental de l'Unsa de l'Indre et Loire, l'utilisation du téléphone portable dans la cour de l'école ou du collège pose toutefois la question du droit à la vie privée. "En récréation, les élèves peuvent filmer ou prendre des photos avec leurs portables, que ce soit des professeurs ou d'autres élèves et les poster sur les réseaux sociaux", constate-t-il. "C'est un vrai problème. D'autant que le droit à l'image est très encadré dans les établissements scolaires. Chaque photographie d'enfant mineur doit en principe faire l'objet d'une autorisation". Et cela pose aussi la question de la mise à l'écart des quelques enfants qui n'ont pas de smartphones, ajoute le syndicaliste. Il lui semble toutefois compliqué d'interdire aux élèves d'avoir un portable dans la cour de l'école. "La vie scolaire à d'autres choses à faire que la chasse aux smartphones. Et on ne va pas non plus fouiller les sacs des enfants pour vérifier qu'ils n'ont pas de téléphones portables".