Euro de football : la police prendra "les dispositions nécessaires"

  • A
  • A
Partagez sur :

Mobilisée par le plan vigipirate et les manifestations contre la loi Travail, la police va devoir assurer la sécurité de l'Euro de football en juin.

Ils sont déjà soumis à une forte pression. Depuis les attentats de janvier 2015 et avec les récentes manifestations contre la loi El-Kohmri, les policiers sont sur tous les fronts. Avec parfois de la fatigue et un manque de reconnaissance. Ils manifestent ainsi mercredi pour dénoncer la "haine anti-flic" qu'ils affrontent dans les cortèges. D'ici quelques semaines, une nouvelle mission va venir s'ajouter. Celle de sécuriser l'Euro de football et ses milliers de supporters. "C'est gérable et ce sera géré", rassure Jean-Marc Falcone, le directeur générale de la police nationale, sur Europe 1.

Un dispositif policier important. "On va mobiliser les forces mobiles mais aussi les forces de haute-sécurité, le Raid, le GIGN, la BRI. Les policiers aux frontières sont également dans le dispositif", énumère Jean-Marc Falcone. "Et bien sûr, tous les policiers et gendarmes qui travaillent au quotidien à assurer la sécurité de nos concitoyens." Le dispositif est à la hauteur de l'enjeu. "L'Euro, c'est dix villes hôtes en France, des stades, des fans-zones. Sans compter les initiatives individuelles des villes de moyenne taille. On ne pourra pas être partout, on a demandé à chacun d'être vigilant." Le directeur général de la police nationale précise que les transports et les lieux de rassemblement ont été sécurisés en priorité.

Sur tous les fronts. Jean-Marc Falcone ne montre pas d'inquiétude à l'idée que l'Euro puisse s'ajouter aux manifestations contre la loi Travail. "On a assez d'hommes pour pouvoir se redéployer si nécessaire et fixer des priorités."