Etat d'urgence : 40% des mesures contestées jugées illégales en 2016

  • A
  • A
Etat d'urgence : 40% des mesures contestées jugées illégales en 2016
(Photo d'illustration.) @ CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Partagez sur :

Près de 40% des mesures coercitives prises dans le cadre de l'état d'urgence et contestées devant une juridiction administrative ont été jugées illégales en 2016.

Assignations à résidence, perquisitions administratives, saisies de documents : près de 40% des mesures coercitives prises dans le cadre de l'état d'urgence et contestées devant une juridiction administrative ont été jugées illégales en 2016, a-t-on appris jeudi au Conseil d'État.

"Les juridictions administratives dans leur ensemble ont été saisies en 2016 de nombreux recours portant sur des mesures prises sur le fondement de l'état d'urgence", a expliqué mardi le vice-président du Conseil d'État, Jean-Marc Sauvé, lors de la présentation du rapport 2017 de la plus haute juridiction de l'ordre administratif.

Un projet de loi bientôt présenté. Le Conseil d'État a quant à lui rendu 112 ordonnances sur le fondement de l'état d'urgence. Dans près de 40% des cas, la décision initiale du ministre de l'Intérieur a été remise en cause, soit que le ministère ait abrogé lui-même la décision prise, soit que le Conseil d'État ait suspendu en totalité ou partiellement la mesure, a indiqué le haut magistrat.

Ces chiffres couvrent la période du 1er janvier 2016 au 5 mai 2017. Ce rapport intervient alors que le gouvernement s'apprête à présenter un projet de loi antiterroriste destiné à prendre le relais de l'état d'urgence, régime d'exception mis en place au soir des attentats du 13 novembre 2015 et qui arrive à échéance le 15 juillet.