Est-il pertinent d'attaquer les théories du complot ?

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW - "Spicee", média d'information en ligne, publie une série de vidéos sur les théories du complot. Interview du réalisateur Thomas Huchon.

INTERVIEW

"Spicee", média d'information en ligne, publie en partenariat avec Europe 1 "Conspi Hunter", une série de documentaires visant à mettre en lumière et démonter les mécaniques à l'œuvre dans les "théories du complot". Charlie Hebdo, le 11 septembre, les "reptiliens", les avions qui balancent des somnifères… Les journalistes entendent s'attaquer aux thèmes préférés des complotistes, ces théoriciens qui interprètent les évènements du monde par la conspiration, souvent celle d'une poignée d'élites cachée et toute puissante.

Avant de parvenir à ce résultat, les réalisateurs du documentaire avaient, en décembre, déjà publié une première vidéo. Ils y montraient comment ils ont eux-mêmes réussi à réaliser et à faire accepter un film complotiste. Leur film, inventé de toute pièce, affirmait ainsi que le Sida avait été inventé par les Etats-Unis. Et que la fin de l'embargo à Cuba s'expliquait par le fait que l'île a réussi à trouver un vaccin contre le virus, que les Etats-Unis voudraient se procurer. Ce "fake" a été mis en ligne trois semaines, vu plus de 10.000 fois, partagé un millier de fois et repris par deux des principaux sites complotistes (Réseau International et Wikistrike), le tout sans aucune vérification de l'information.

>> Mais est-il pertinent de mettre en lumière ces théories ? Europe 1 a interrogé le réalisateur Thomas Huchon, journaliste à Spicee (ex-RTL, Rue 89 et i-Télé).

Quel est l'objectif de cette série de vidéos ?

"Le but est de déconstruire des théories existantes, toujours en trois questions. Il s'agit à chaque fois de faire appel au bon sens, à des éléments d'enquête et de montrer que les éléments repris par les théoriciens du complot ne sont pas recoupés, qu'ils ne viennent d'aucune source. Nous voulons également mettre à l'épreuve nos produits auprès des jeunes. Nous irons intervenir dans les lycées pour leur demander comment ils réagissent face à l'info, à qui ils font confiance et pourquoi, notamment sur internet.

Lorsqu'un jeune tape "Shoah" dans Google, le risque est que ça soit Alain Soral (fondateur du site Egalité et réconciliation, la "star" des sites complotistes)  qui lui explique. C'est un fait. Le blog d'Alain Soral a plus de visiteurs que n'importe quel homme politique. Or nous, nous voulons que ça soit des historiens qui expliquent la "Shoah" aux jeunes. Nous voulons produire des contenus qui sont des outils, donner des armes, qui font appel au bon sens, à notre expérience journalistique mais aussi à la raison scientifique"

En quoi votre travail est-il scientifique ?

"On a fait une enquête de neuf mois. Nous avons interrogé des personnes comme Rudy Reichstadt (le fondateur du site ConspiracyWatch.info, diplômé de Sciences Po Aix et membre de l'Observatoire des radicalités politiques du politologue Jean-Yves Camus ndlr), le sociologue Gérard Bronner (membre du très prestigieux Institut universitaire de France), des enseignants comme Sophie Mazet (diplômée de Normale sup', enseignante en lycée et auteure de Manuel d'autodéfense intellectuelle) ou encore Dounia Bouzar (anthropologue et fondatrice du CPDSI, le Centre de prévention des dérives sectaires liées à l'Islam).

Cela nous a permis, par exemple, d'établir un lien direct entre radicalisation et théorie du complot. Dans les ordinateurs des gamins partis pour le djihad consultés par le CPDSI, il y avait A CHAQUE FOIS des vidéos conspirationistes. La police a confirmé que c'était également le cas pour l'ordinateur du frère de Mohammed Merah par exemple. Les théories conspirationnistes donnent une vision paranoïaque de la société, ce qui inspire la violence à son encontre"

Sur quels critères choisissez-vous les théories que vous "démontez" ? Ne choisissez-vous pas les théories les plus facilement attaquables, au risque de conforter les théories les plus fumeuses ?

"Nous allons déconstruire des anciennes théories mais aussi réagir à l'actualité. Il faut bien comprendre que la sphère complotiste est une incroyable machine qui réinterprète TOUT à l'aune du complot. Des millions de gens pensent, par exemple, que les traces laissées par les avions dans le ciel sont des produits chimiques pour nous affaiblir.

Bien sûr, nous prenons les théories qui sont possibles à décortiquer. Certaines autres relèvent simplement du bon sens ou manquent d'arguments. La théorie selon laquelle les frères Kouachi auraient délibérément abandonné une carte d'identité, par exemple, n'est fondée sur rien. Pourquoi auraient-ils fait ça ? Aucun complotiste n'est en mesure de l'expliquer. C'est normal d'avoir une carte d'identité en voiture, en cas de contrôle, surtout s'ils veulent être discrets. C'est du bon sens. Ce n'est d'ailleurs pas la seule chose qu'ils ont oubliée. 

Or, nous, nous nous intéressons aux arguments. Ce sont les arguments que l'on peut démonter. Je pense que la clé est l'honnêteté. Le jour où nous nous plantons, nous le dirons. C'est la différence entre nous et les sites complotistes : ils continuent à relayer une erreur même lorsqu'elle est démontrée. Notre fausse théorie sur Cuba est toujours relayée par certains sites complotistes, alors qu'ils sont au courant qu'elle est fausse. Certains complotistes s'enorgueillissent du fait qu'eux, on ne les a pas encore coincés. Mais on va les coincer. Tout vient à point à qui sait attendre"