Emprisonné en Turquie pour un "caillou"

  • A
  • A
Emprisonné en Turquie pour un "caillou"
Partagez sur :

Un Mauricien vivant en France risque 10 ans de prison pour "trafic d’antiquités", en raison d’une pierre souvenir achetée 20 euros.

Domanick Murugan est emprisonné depuis plus de deux mois en Turquie… à cause d’un "caillou", selon son avocat. De nationalité mauricienne, et résidant à Chocques, dans le Pas-de-Calais, il était venu passer des vacances en Turquie avec sa femme française et leurs quatre enfants.

Ce mécanicien, vivant en France depuis l’âge de 3 ans, a été arrêté à l'aéroport d'Antalya le 2 mai après la découverte, dans ses affaires d'une pierre antique, achetée dans la rue quelques jours plus tôt pour 20 euros, selon maître Bilal Kalayci. "Quand on est arrivé à l'aéroport après une semaine de vacances, la douane a passé nos bagages au scanner, ils ont trouvé le caillou", a raconté l’épouse de Domanick Murugan.

Martine Murugan assure que la pierre était "un simple souvenir" et, au micro Europe 1 de Jessica Jouve, réclame l’intervention du président de la République :



Domanick Murugan est inculpé de "trafic d’antiquités", un délit passible de 10 ans d'emprisonnement. Il a été écroué en raison d'un "risque de fuite à l'étranger", selon son avocat, et doit être jugé le 27 août. "Je vais demander sa libération dans l'attente du verdict", a affirmé maître Kalayci, qui espère obtenir pour son client une peine de prison assortie d'un sursis.

En attendant, le touriste partage une cellule avec 15 autres ressortissants étrangers "dans une prison spéciale pour touristes à Antalya", selon sa femme, qui s’inquiète : "mon mari doit prendre un traitement médical qui lui a été envoyé mais qui ne lui est pas donné."

Le ministère des Affaires étrangères met en garde, sur son site internet, les touristes qui vont en Turquie contre "l'exportation de biens culturels et d'antiquités de plus d'une centaine d'années". "Les autorités locales appliquent une définition très large à la notion d'antiquités", peut-on également lire sur la page internet consacrée à la Turquie.