Elle ne peut renouveler son passeport à cause de... sa frange

  • A
  • A
Elle ne peut renouveler son passeport à cause de... sa frange
La quinquagénaire devrait faire une troisième demande de passeport@ RAMZI HAIDAR / AFP
Partagez sur :

Elle voulait passer Noël auprès de sa fille à l'étranger mais faute de passeport, elle restera seule à Quimper.

Les démêlés administratifs peuvent parfois avoir des sources surprenantes. Une habitante de Quimper a vu sa demande de passeport rejetée à cause de... la frange qu'elle porte sur la photo d'identité qu'elle a fournie, raconte Le Télégramme samedi. 

Un passeport refusé. Sylvia Le Fur avait l'intention de passer les fêtes de fin d'année auprès de sa fille qui vit à l'étranger. Prévoyante, elle a fait une demande de passeport auprès de la mairie de Quimper le 2 novembre. Sans nouvelles de l'avancement de son dossier, la quinquagénaire contacte le service de délivrance des passeports. Elle apprend alors que sa demande a été rejetée à cause de sa photo d'identité. "La photographie réalisée chez un photographe professionnel de Penhars a été refusée", explique Sylvia Le Fur. 

Un visage trop peu dégagé. En cause ? Sa frange. Un refus incompréhensible pour cette commerçante. Sur son précédent passeport, délivré également par la mairie de Quimper en 2005, elle portait déjà cette frange. "Je suis coiffée de la même façon depuis mes 14 ans. Je ne vais quand même pas devoir me rendre à la préfecture avec une paire de ciseaux", s'insurge-t-elle.

Si le site officiel de l'administration reste flou, la préfecture est formelle sur les critères de validité d'une photo. D'après la législation internationale en vigueur depuis 2006, "il faut que le service aux frontières puisse apprécier l'ovale de la tête." Sylvia Le Fur ne comprend pas mieux le refus. "J'avais les cheveux derrière les oreilles, bien dégagées."

Jamais deux sans trois. La quinquagénaire n'a décidément pas de chance avec le service des passeports puisque l'été dernier, la préfecture avait déjà rejeté sa demande à cause du léger rictus de sa photo. Un cliché dont elle s'est pourtant servie pour renouveler sa carte d'identité. Elle devra donc faire une troisième photo sans sourire et le front dégagé si elle veut enfin obtenir le droit de se rendre à l'étranger. En attendant, elle devra passer les fêtes de fin d'année loin de sa fille.