Egalité homme-femme : la France épinglée

  • A
  • A
Egalité homme-femme : la France épinglée
@ MAXPPP
Partagez sur :

La France fait figure de mauvais élève avec sa 46e place mondiale, sur 134 pays.

En matière d’égalité homme-femme, la France peut mieux faire. D’après une étude du Forum économique mondial (WEF), publiée mardi, elle n’obtient que la 46e place mondiale, sur 134 pays. Une place très modeste, d’autant que l’Hexagone a chuté de 28 places en un an seulement – la France était 18e en 2009 -.

Moins de femmes ministres

Cette chute s’explique d’abord par "la baisse du nombre de femmes occupant des postes ministériels dans les douze derniers mois", d’après un des auteurs du rapport, Saadia Zahidi. L’autre grand reproche fait à la France est d’avoir "un des pires niveaux" en termes de ressenti d’égalité de salaire à travail égal.

Notre pays obtient tout de même deux bons points sur les quatre critères pris en compte dans l’étude. Il s’agit des domaines de l’éducation et de la santé. En France, un tiers de plus defemmes que d’hommes vont à l’université. Une proportion qu’on ne retrouve pas au plus haut niveau des entreprises et du monde politique, regrette Saadia Zahidi.

L’Italie à la traîne

L’Islande, la Norvège, la Finlande, puis la Suède caracolent en tête des pays les plus égalitaires au monde. "Les pays nordiques restent un modèle dans l'élimination des inégalités entre les sexes", estime le fondateur du WEF, Klaus Schwab. Les Etats-Unis, de leur côté, progressent de douze rangs, et se classent en 19e position.

La lanterne rouge des pays d’Europe occidentale est l’Italie. Elle n’est que 74e du classement. Avec la France, elle fait figure d’exception dans une Europe occidentale qui domine largement le classement mondial.

Un travail sur l’image de la femme

Mercredi, à l’initiative de François Fillon, un acte d’engagement sera signé entre les médias, la commission sur l’image des femmes et la ministre chargée de l’égalité, Nadine Morano, pour améliorer l’image des femmes dans les médias français. Un rapport, remis en septembre 2008 par Michèle Reiser, auteure et réalisatrice, avait en effet montré un gros décalage entre la place des femmes dans les médias et leur rôle réel dans la société.

"S’il ya une catastrophe aérienne, on tend plus facilement le micro à un homme pour parler mécaniquement de ce qui s'est passé, la femme va davantage parler de la souffrance. Les femmes sont 51% de l’humanité, elles occupent des fonctions réelles et multiples. Notre commission, pendant une semaine arbitrairement choisie, fera un comptage. On regardera les journaux télévisés et on actualisera nos résultats. Je suis sûre que les choses auront évolué dans le bon sens, je suis très optimiste", a confié Michèle Reiser à Europe 1.