EDF : deux réacteurs nucléaires de plus concernés par une anomalie

  • A
  • A
EDF : deux réacteurs nucléaires de plus concernés par une anomalie
Les incidents, survenus en juin, portaient sur la tenue au séisme des diesels de secours.@ PASCAL GEORGE / AFP
Partagez sur :

Suite à l'incident, de niveau 2 sur 7, les deux réacteurs de la centrale du Bugey, dans l'Ain, ont été remis en conformité, a assuré EDF lundi.

EDF a annoncé lundi que deux réacteurs nucléaires supplémentaires, situés dans la centrale du Bugey, dans l'Ain, ont été concernés par une anomalie sur des équipements électriques de secours mais que le problème a été corrigé.

Un incident de niveau 2 sur 7. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait fait état le 20 juin d'un incident de niveau 2 (sur 7) pour vingt réacteurs, portant sur la tenue au séisme des diesels de secours. Le gendarme du nucléaire avait indiqué fin octobre que les réacteurs 2 et 5 du Bugey et les réacteurs 1 et 2 de la centrale nucléaire de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, étaient également concernés. EDF a expliqué lundi que les réacteurs 3 et 4 du Bugey ont posé le même problème. Ils sont donc aussi concernés par l'incident de niveau 2 qui avait été annoncé au printemps.

"Aucun impact sur la sécurité des salariés ni sur l'environnement". Les ancrages des matériels auxiliaires de ces deux réacteurs "ont d'ores et déjà été remis en conformité" et "les défauts à l'origine de cette déclaration n'ont eu aucun impact sur la sécurité des salariés ni sur l'environnement", assure EDF dans un communiqué. L'échelle INES compte sept niveaux allant de l'anomalie à l'accident majeur. Le niveau 2 correspond à un "incident".

À la suite de l'incident signalé en juin, l'électricien avait décidé de réaliser un bilan détaillé des matériels assurant le fonctionnement des diesels de secours sur l'ensemble du parc nucléaire. L'ASN s'inquiétait de la tenue au séisme des systèmes auxiliaires des groupes électrogènes de secours de certaines centrales nucléaires. Concrètement, les ancrages (au sol, au mur, etc.) de ces équipements de secours avaient montré un risque de faiblesse, qui pourrait les faire se décrocher en cas de séisme majeur, rendant indisponibles ces équipements, censés garantir l'alimentation électrique de la centrale en cas de défaillance de l'alimentation électrique externe.