Du soutien scolaire gratuit dans les collèges à partir de lundi

  • A
  • A
Du soutien scolaire gratuit dans les collèges à partir de lundi
La mesure "sera étendue à l'école primaire à la rentrée 2018", a annoncé le ministre de l'Éducation.@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Environ 25% des collégiens pourront bénéficier dès lundi de soutien scolaire gratuit, à raison de quatre heures par semaine.

Les collégiens qui le souhaitent pourront bénéficier à partir de lundi de quatre heures hebdomadaires de soutien scolaire gratuit, une aide aux devoirs qui sera étendue l'an prochain au primaire, indique le ministre de l'Éducation dans un entretien publié dimanche par 20 minutes.

Quatre heures par semaine. "Avec la mesure 'devoirs faits', nous offrons un soutien scolaire gratuit à tous les collégiens pour lutter contre les inégalités", déclare Jean-Michel Blanquer, détaillant le fonctionnement de ce dispositif annoncé il y a plusieurs mois. Les collégiens pourront se voir proposer ce soutien scolaire "une heure par jour, c'est-à-dire quatre heures par semaine" : "En fin de journée dans 35% des collèges et lors de la pause méridienne ou des heures de permanence dans 65% des établissements (notamment en zone rurale en raison des contraintes de transport)", explique-t-il.

Environ 25% des collégiens pourront en bénéficier. "Environ 25% des collégiens" pourront en bénéficier, "mais cela pourrait monter à 35% des élèves, lorsque le dispositif sera mieux connu des collégiens et de leurs familles", estime Jean-Michel Blanquer. L'idée est d'"inciter" les élèves qui en ont le plus besoin à s'y inscrire.

La mesure étendue à l'école primaire à la rentrée 2018. Au total, "220 millions d'euros sont destinés à financer ce dispositif pour les collégiens en 2018", précise-t-il, soulignant que la mesure "sera étendue à l'école primaire à la rentrée 2018". Professeurs volontaires, assistants d'éducation et associations seront mobilisés. S'y ajoutent 7.000 jeunes en service civique. "Mais notre objectif est d'atteindre 10.000. Nous allons donc encore en recruter", ajoute M. Blanquer.