Disparition de Lucas Tronche : la piste de Nordahl Lelandais explorée

  • A
  • A
Disparition de Lucas Tronche : la piste de Nordahl Lelandais explorée
Lucas Tronche a disparu le 18 mars 2015 alors qu'il se rendait à un cours de natation. @ Capture d'écran
Partagez sur :

La magistrate en charge du dossier de la disparition de Lucas Tronche, qui remonte à 2015, va lancer de nouvelles investigations.

Nordahl Lelandais n'a pas fini d'éveiller les soupçons des enquêteurs. Alors qu'il a été mis examen pour le meurtre de Maëlys et pour l'assassinat d'Arthur Noyer, une magistrate a décidé de lancer de nouvelles investigations sur la disparition de Lucas Tronche dans le Gard en 2015, rapporte jeudi BFMTV

"Jamais eu une piste sérieuse". La juge en charge de l'instruction du dossier a décidé de vérifier si la disparition de cet adolescent de 15 ans pouvait mener à la piste de Nordahl Lelandais. "Toute vérification, quelle qu'elle soit, va dans le sens de la recherche d’éléments sur ce qui a pu arriver au jeune Lucas", estime Me Isabelle Mimran, le conseil des parents de Lucas Tronche. "C’est un dossier qui dure depuis presque trois ans, on n’a jamais eu une piste sérieuse", rappelle-t-elle.

Plusieurs déplacements dans le Gard ? Les comptes en banque du suspect mais aussi ses communications téléphoniques vont être passés au crible, tout comme les images de vidéosurveillance du département. Il semblerait que Nordahl Lelandais connaisse bien le secteur de Bagnols-sur-Cèze, là où Lucas Tronche s'est volatilisé le 18 mars 2015 alors qu'il se rendait à un cours de natation. Des proches, dont sa filleule, habitent en effet la région et le suspect y aurait fait plusieurs déplacements, selon BFMTV. 

Un autre dossier bientôt exploré ? Dans un autre dossier aussi, la piste Lelandais pourrait être aussi explorée, celui de Antoine Zoia, 16 ans, disparu le 1er mars 2016 près de Nîmes, toujours dans le Gard. "Depuis la mise en cause de Nordahl Lelandais dans l'assassinat d'Arthur Noyer, au moins trois services d'enquête, en dehors de la région Auvergne - Rhône-Alpes, avaient indiqué leur intention de réexaminer des dossiers de disparitions inquiétantes", rappelle la chaîne d'infos.