Deux jeunes fauchés par un TER à Lille : les parents vont porter plainte

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Deux jeunes d'une vingtaine d'années ont été fauchés près de la gare Lille Flandres vendredi soir. L'un des jeunes rescapés de l'accident raconte qu'ils fuyaient la police, ce que dément le parquet. Les parents ont annoncé leur intention de porter plainte.

Un deuxième jeune homme est mort dimanche parmi les quatre garçons âgés de 17 à 20 ans percutés vendredi soir par un TER à Lille. Un premier blessé, âgé de 20 ans, était décédé samedi midi. Selon l'un des jeunes rescapés de l'accident, le groupe avait pris la fuite vendredi soir pour éviter de se faire contrôler par une patrouille de policiers armés de matraques. Et c'est sur un sentier, longeant la voie ferrée, que les quatre jeunes gens ont été percutés par un TER sortant de la gare de Lille-Flandres.

Parole contre parole. Lundi, le parquet de Lille a précisé que l'information judiciaire avait permis à ce stade de "contredire" les "rumeurs" d'un contrôle de police survenu juste avant l'accident. Mais le drame suscite encore des interrogations et des doutes dans l'entourage des victimes. Au cours d'un rassemblement en mémoire des deux jeunes, lundi soir, leurs parents ont annoncé qu'ils allaient porter plainte pour homicide involontaire et mise en danger de la vie d'autrui. Ils demandent que toute la lumière soit faite sur les circonstances du drame.

"Je veux qu'il y ait une enquête". "Je n'ai pas de haine, j'ai juste de la tristesse, de la colère car j'ai perdu mon fils. Je veux qu'il y ait une enquête, je voudrais comprendre pourquoi quatre jeunes se sont retrouvés sur une voie ferrée, pourquoi il y avait un accès facile", explique à Europe 1 Valérie, la mère d'une des victimes. "Le message que je voudrais faire passer, surtout aux jeunes, c'est d'arrêter de brûler des voitures. Je veux juste savoir ce qu'il s'est passé". Ce week-end, des voitures avaient été incendiées et des dégradations avaient eu lieu près du lieu de l'accident.