Des mannequins forcées à attendre trois heures dans le noir pour un casting

  • A
  • A
Des mannequins forcées à attendre trois heures dans le noir pour un casting
Les mannequins ont jusqu'à treize castings par jour (image d'illustration)@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

La maison Balenciaga a rompu son contrat avec l'agence de casting incriminée, une sanction qui sonne comme un "avertissement".

Les coulisses des défilés sont parfois moins glamour que les podiums, comme le montre une polémique autour de mannequins forcées d'attendre des heures dans un escalier lors d'un casting pour une grande griffe, à l'occasion de la Fashion Week parisienne.

Cent-cinquante mannequins dans le noir. Déjà critiquée pour le très jeune âge et la maigreur de ses mannequins, l'industrie de la mode est de nouveau épinglée à la suite de l'affaire révélée par le directeur de casting américain, James Scully. Sur Instagram, cet "insider" a accusé lundi deux de ses concurrents de se livrer à un traitement "sadique et cruel" envers des modèles dans un "post" largement partagé. Plus de 150 mannequins ont été coincées dans un escalier et laissées un moment dans le noir avant de passer les sélections pour le défilé Balenciaga, selon James Scully, citant des témoignages.

So true to my promise at #bofvoices that I would be a voice for any models, agents or all who see things wrong with this business I'm disappointed to come to Paris and hear that the usual suspects are up to the same tricks. I was very disturbed to hear from a number of girls this morning that yesterday at the Balenciaga casting Madia & Ramy (serial abusers) held a casting in which they made over 150 girls wait in a stairwell told them they would have to stay over 3 hours to be seen and not to leave. In their usual fashion they shut the door went to lunch and turned off the lights, to the stairs leaving every girl with only the lights of their phones to see. Not only was this sadistic and cruel it was dangerous and left more than a few of the girls I spoke with traumatized. Most of the girls have asked to have their options for Balenciaga cancelled as well as Hermes and Ellie Saab who they also cast for because they refuse to be treated like animals. Balenciaga part of Kering it is a public company and these houses need to know what the people they hire are doing on their behalf before a well deserved law suit comes their way. On top of that I have heard from several agents, some of whom are black that they have received mandate from Lanvin that they do not want to be presented with women of color. And another big house is trying to sneak 15 year olds into paris! It's inconceivable to me that people have no regard for human decency or the lives and feelings of these girls, especially when too too many of these models are under the age of 18 and clearly not equipped to be here but god forbid well sacrifice anything or anyone for an exclusive right? If this behavior continues it's gonna be a long cold week in paris. Please keep sharing your stories with me and I will continue to to share them for you. It seems to be the only way we can force change and give the power back to you models and agents where it rightfully belongs. And I encourage any and all to share this post #watchthisspace

Une publication partagée par james scully (@jamespscully) le



"Le pire casting que j'aie jamais passé". Deux mannequins ont affirmé à l'AFP avoir été forcées d'attendre plus de trois heures, sans aucun accès aux toilettes. "C'est le pire casting que j'aie jamais passé", a déclaré l'ex-mannequin de Gucci, Anna Vivchar, 19 ans, qui a préféré partir car elle ne pouvait plus se retenir. "Tout le monde était nerveux et échauffé."

"Nous avons assuré les conditions les plus confortables possibles". Cette version a été totalement contestée par l'une des deux responsables du casting mis en cause, Maida Gregori Boina, qui a affirmé que les mannequins n'avaient pas attendu "ne serait-ce qu'une heure dans le noir". "Tout au long de ce casting, nous avons assuré les conditions les plus confortables possibles" compte tenu de la situation, a déclaré cette figure du milieu de la mode au site spécialisé "Business of fashion". Balenciaga (groupe Kering) n'en a pas moins rompu son contrat avec l'agence.

Une rupture de contrat qui n'est pas passée inaperçue. Avec jusqu'à treize castings par jour, "on n'attend normalement environ qu'une demi-heure", a raconté la jeune mannequin ukrainienne Elizabeth Pentsarska (17 ans), qui a déjà défilé pour Chanel. Dans ce monde feutré où les mannequins craignent de se plaindre par peur de perdre leur travail, la rupture du contrat a fait du bruit. Pour Isabelle Saint-Félix, secrétaire générale du Syndicat national des agences de mannequins (Synam), cette sanction sonne comme un "avertissement".

"Il faut que les choses changent". "Le groupe Kering a pris une bonne décision et cela peut être l'occasion de redresser un peu la situation" qui s'est "détériorée depuis quatre-cinq ans", a ajouté la responsable. Ce syndicat affirme avoir alerté sur ce sujet la Fédération de la couture depuis plusieurs années. "Il faut que les choses changent", lance Isabelle de Saint-Félix. Les mannequins "ont une carrière courte, elles sont là pour travailler, et se disent que c'est peut-être le prix à payer", remarque-t-elle.