Départs en vacances : pic de bouchons à 640 km

  • A
  • A
Départs en vacances : pic de bouchons à 640 km
@ PIERRE ANDRIEU / AFP
Partagez sur :

Deux incendies et un accident de voiture sur la voie Paris-Bordeaux ont coupé la ligne de TGV, vendredi, et mis en retard des milliers de voyageurs en ce week-end de départ en vacances. Samedi matin, c'est sur les routes que la situation est plus compliquée.

La saison estivale se poursuit, et les départs en vacances aussi. Le trafic des trains entre Paris-Montparnasse et le sud-ouest a repris normalement samedi matin, au lendemain de la pagaille créée par un accident routier, avec à la clé plusieurs dizaines de milliers de vacanciers bloqués pendant des heures. "Le trafic est normal depuis 06 heures ce matin", a indiqué la SNCF.

25.000 passagers en pleine galère. Vendredi après-midi entre Paris-Montparnasse et le Sud-Ouest, le trafic TGV a été totalement interrompu dans les deux sens, et 25.000 voyageurs concernés, à cause de deux incendies dans la région de Vendôme et d'un accident de voiture près d'Angoulême qui a endommagé un poteau caténaire de la voie Paris-Bordeaux. Sur son site, la SNCF a d'abord conseillé à ses usagers de "reporter leur trajet" si possible, avant d'annoncer un "retour à la normale" vers 19h30 avec l'ouverture d'une première voie. La deuxième voie, elle, a été complètement rétablie vers minuit, après la fin des travaux pour "réassurer le poteau de caténaire endommagé". "A 22 heures, tous les gens étaient dans les trains et ils sont arrivés dans la nuit", a précisé la SNCF. 

25 TGV bloqués en pleine voie. Au total, environ 25 TGV ont été "impactés", pour un total de 25.000 passagers concernés, qui ont souffert de retard de plusieurs heures, soit un peu moins que le chiffre de 32.000 avancé la veille. Ils seront exceptionnellement remboursés à 100% du coût de leur voyage, a confirmé la compagnie qui a également assuré que les TGV bloqués sur les voies étaient "approvisionnés en eau" et tous "climatisés". Ce samedi est encore une "grosse journée" de départs en vacances pour la SNCF, avec "800 TGV sur l'ensemble du territoire", même si "le trafic est un peu moindre qu'avant le 14 juillet ou le week-end précédent".

Des bouchons sur la route du soleil. Du rouge en Rhône-Alpes et en Auvergne, de l'orange partout ailleurs : les automobilistes qui ont pris la route des vacances rencontraient l'essentiel des bouchons dans la vallée du Rhône en direction de l'arc méditerranéen. Pour ce "petit samedi" estival après les gros départs du week-end prolongé du 14 juillet, les automobilistes ont dû affronter un pic de bouchons vers midi avec 640 kilomètres de congestions cumulées. "Les conditions de circulation sont en cours d'amélioration. Le trafic est désormais engagé dans une tendance baissière", a souligné auprès de l'AFP, Séverine Besson, co-directrice du Centre régional d'information et de coordination routières (Cricr) Rhône-Alpes-Auvergne.

En Île-de-France, où les estivants sont partis dès l'aube, Bison Futé ne comptait plus que 20 kilomètres de ralentissements en début d'après-midi. D'autres difficultés étaient signalées en direction de l'Italie, avec 1 heure à 1 heure 30 d'attente au tunnel du Mont-Blanc, et des ralentissements d'une dizaine de kilomètres sur l'A10 et l'A63 autour de Bordeaux. Au fur et à mesure de l'avancée de la migration estivale, les autoroutes bordant l'arc méditerranéen enregistraient toujours davantage de bouchons surtout l'A9, avec 21 kilomètres à hauteur de Narbonne en direction de l'Espagne et 34 kilomètres dans l'Hérault dans le sens des retours. Des difficultés étaient également signalées dans l'ouest du pays. Bison Futé a classé la journée verte au niveau national, mais orange sur l'arc méditerranéen dans le sens des retours.