Défilé du 26 mai : une cinquantaine d'organisations vont participer

  • A
  • A
Défilé du 26 mai : une cinquantaine d'organisations vont participer
La CGT mais aussi FSU, Solidaires et l'Unef feront partie des syndicats qui défileront le 26 mai. (image d'archive)@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

La mobilisation du 26 mai de "soutien aux luttes" actuelles devrait rassembler une cinquantaine d'organisations politiques, syndicales et associatives.

Une cinquantaine d'organisations nationales politiques, syndicales et associatives vont participer à la mobilisation du 26 mai un peu partout en France, pour "faire reculer" Emmanuel Macron, ont annoncé jeudi les porte-parole de ce mouvement. "On est 50 à peu près et les signatures continuent d'arriver d'organisations petites ou grandes, syndicales, politiques, associatives", a expliqué Annick Coupé, l'une des organisatrices du "Collectif" et ancienne porte-parole de Solidaires, lors d'une conférence de presse au siège de la CGT, à Montreuil.

Une "marée populaire festive". "C'est un ovni, ça n'a jamais été mis en place", a de son côté souligné Willy Pelletier, de la fondation Copernic, promettant une "marée populaire festive", avec fanfares et chars. Des initiatives sont d'ores et déjà prévues à Paris, Marseille, Toulouse, Lille, Poitiers, Rouen ou Nantes. A Paris, la manifestation partira à 14h30 de la gare de l'Est vers la place de la Bastille. Il n'y aura pas de carré de tête, mais un char. Les organisations syndicales et politiques seront placées derrière le cortège "citoyen".

Pour "amplifier le rapport de force". Parmi les organisations figurent des associations comme Les Effronté.es, Droit au logement; des partis politiques (La France insoumise, PCF, Europe écologie les verts, NPA...) ou des syndicats (CGT, FSU, Solidaires, Unef). L'Unsa, la CFDT et FO ont en revanche refusé de participer à ce défilé. De même, le premier secrétaire du PS Olivier Faure a indiqué jeudi que le parti ne se joindra pas au mouvement. 

Objectifs du défilé ? D'une part "réaffirmer le soutien aux luttes" actuelles, dont celle à la SNCF ou dans la fonction publique. D'autre part "faire reculer Macron et son gouvernement" en "amplifiant le rapport de force". Étaient présents à la conférence de presse, entre autres, Jean-Luc Mélenchon et Clémentine Autain pour les Insoumis, Pierre Laurent (PCF), Benoît Hamon (Générations), Olivier Besancenot (NPA) ou Eric Beynel (Solidaires).