Dans la Nièvre, le "dentiste boucher" néerlandais a laissé des traces

  • A
  • A
Dans la Nièvre, le "dentiste boucher" néerlandais a laissé des traces
@ MAXPPP
Partagez sur :

Ce Néerlandais a été mis en examen en 2013 avant de prendre la fuite. Une centaine de ses anciens patients l'accusent de mutilation et attendent réparation.

Un dentiste à Château-Chinon, dans la Nièvre, en plein désert médical ? L'idée était devenue inespérée pour les habitants de cette petite ville du Morvan. Miracle : en 2008, un praticien néerlandais y installe son cabinet.  Mais aujourd'hui le rêve est devenu cauchemar et l'homme est désormais connu dans la région comme "le dentiste boucher". Marc Van Nierop est accusé de mutilations par une centaine de ses anciens patients. Celui qui a été radié de l'ordre des dentistes en 2013 puis mis en examen a réussi à prendre la poudre d'escampette avant son jugement. Visé par un mandat d'arrêt international, l'escroc a finalement été arrêté au Canada début septembre.

 >> Europe 1 a rencontré une dizaine de ses victimes aux mésaventures folles qui espèrent désormais que leur tortionnaire soit extradé des Pays-Bas, où il se trouve désormais, pour être enfin jugé en France.

Des séances de charcuterie sous anesthésiant.  Sylviane eu les dents arrachées sans raison. "Il m'a fait sept ou huit piqures et m'a arraché les huit dents. Un jour j'en avais plein la bouche, je suis resté deux heures et demie chez lui parce que je pissais le sang", raconte-t-elle à Europe 1. Danièle est quant à elle restée impuissante sous d'importantes doses d'anesthésiants. "J'avais beau lui dire que non, il m'est tombé dessus. Je n'ai plus de hauteur de dents. Quand je suis allée chez d'autres dentistes, j'ai dit qu'il m'avait râpé les dents. Je leur ai demandé d'enlever ce qui pendait", regrette-t-elle. "Ils m'ont répondu qu'il m'avait enlevé le frein des dents. Maintenant, je mange sur mon palais".

Des préjudices physiques et moraux. Ces mutilations ne se cantonnent pas à la bouche. Certaines victimes ont ainsi connu des débuts de septicémie et même d'infarctus. Et il existe également une souffrance morale, confie Marie-Jo. "J'ai une impression de honte de m'être fait avoir comme ça. On se dit que l'on a commencé des soins et que l'on ne peut pas rester comme ça. On était pris au piège", confie-t-elle.

 Aujourd'hui le "dentiste boucher" a été arrêté et Nicole respire. "C'est un feuilleton incroyable alors ce que l'on attend maintenant c'est que ce soit lui qui aide aux réparations. Il y a de nombreuses victimes qui n'ont pas les moyens de se faire réparer la bouche", assure cette autre victime. Il faut en effet compter autour de 10.000 euros l'opération de réparation pour chaque bouche.

Faux dentiste et vrai escroc. Autre volet de ce dossier ubuesque, l'escroquerie à l'assurance maladie échafaudée par ce faux dentiste. Il est accusé d'avoir multiplié les fausses déclarations. L'homme n'hésitait pas ainsi à déclarer sept plombages posés lors de la même consultation sur une patiente qui n'avait plus une seule vraie dent. Le préjudice s'élèverait ainsi à plusieurs centaines de milliers d'euros.