Cyril Hanouna : "Je continuerai à rire de tout et de tous"

  • A
  • A
Cyril Hanouna : "Je continuerai à rire de tout et de tous"
"Ce qui rend mon métier plus difficile, c'est le communautarisme", s'inquiète Cyril Hanouna.@ AFP
Partagez sur :

Au centre de la polémique après la diffusion d'un sketch jugé homophobe, l'animateur de "Touche pas à mon poste" s'explique en exclusivité dans "Le Journal du Dimanche". 

Aujourd'hui, il se dit "triste et en colère". Alors que le CSA a engagé une procédure de sanction contre C8 après la diffusion d'un sketch jugé homophobe dans "Touche pas à mon poste" Cyril Hanouna revient pour le JDD sur la polémique qui s'en est suivie.

"Je n'ai jamais eu la volonté de blesser quiconque par l'humour", assure l'animateur, qui accuse "certains médias" de "s'être précipités sans discernement, ni vérification" pour le caricaturer en "sectaire" ou en "homophobe". Petit rappel des faits : dans un canular diffusé le 18 mai sur C8, Cyril Hanouna avait "imité" un homosexuel à la recherche d'un partenaire, suscitant un tollé sur les réseaux sociaux et déclenchant l'ire des associations de défense des droits des homosexuels. 

"J'ai été ébranlé". Lâché depuis par près d'une quarantaine d'annonceurs, l'animateur a publié une lettre d'excuses dans Libération. Un mea culpa tardif ? "Faux", répond l'animateur qui affirme s'être excusé dès le lendemain en direct sur le plateau de TPMP. La veille, lui et son équipe avaient quitté le plateau "plutôt satisfaits" de leur émission. "Vingt-quatre heures plus tard, c'est vrai, j'ai été ébranlé et j'ai immédiatement décidé de donner la parole à plusieurs associations heurtées par cette séquence", souligne Cyril Hanouna.

"C'est vrai qu'il y a eu un rebondissement avec les déclarations de l'association Le Refuge qui a révélé à la presse que le jeune homme piégé au téléphone avait été 'viré de chez lui'", admet l'animateur télé qui pointe toutefois les zones d'ombres de ces déclarations. Mais outre les associations, le "canular" a fait réagir jusqu'au sein du gouvernement, puisque la ministre de la Culture Françoise Nyssen a affirmé qu'aucun dérapage "ne doit passer à la télévision" et la secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa a indiqué vouloir rencontrer l'animateur de télévision pour "discuter"

"Liberté de dérision". "Ce qui rend mon métier plus difficile, c'est le communautarisme", s'inquiète Cyril Hanouna ajoutant que "chacun a ses chapelles et ses groupes de pression". Refusant le principe d'une émission enregistrée au profit d'une émission en direct, l'animateur, s'inspirant de l'auteur de BD Philippe Geluck s'interroge : "Peut-on rire de tout ?". "Naturellement oui !", poursuit Cyril Hanouna. "Je continuerai donc à rire de tout et de tous !" assure-t-il. "Parce-que c'est l'essence même de TPMP et sa raison d'être", affirme l'animateur. "Liberté d'esprit, liberté de ton, liberté d'expression et donc : liberté de dérision".