Crise des éleveurs : levée progressive des barrages

  • A
  • A
Crise des éleveurs : levée progressive des barrages
@ PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :

Un plan d'urgence pour les éleveurs a été présenté mercredi mais de nombreux éleveurs ont décidé de maintenir la pression.

Les éleveurs en colère ont levé progressivement leurs barrages sur les routes depuis jeudi. Quelques-uns maintenaient quelques actions sporadiques vendredi matin dans certains points du territoire, les producteurs de lait s'attaquant particulièrement à des laiteries dans l'Ouest.

• Dans l'Ouest

Les barrages routiers élevés ces derniers jours sont tous levés, y compris au viaduc de Morlaix, sur l'axe Paris-Brest, d'où les éleveurs sont partis jeudi soir. Du fait de travaux de nettoyage, la circulation reste déviée. En Charente-Maritime, sur le pont menant à l'île d'Oléron, les agriculteurs ont levé peu après 10 heures le barrage filtrant qu'ils avaient mis en place depuis mercredi. Ils l'ont tenu toute la nuit de jeudi à vendredi durant laquelle ils ont reçu la visite de la préfète du département.

• Dans le centre et dans l'Est

Il n'y a plus de blocage d'éleveurs autour de Lyon, le dernier barrage au nord de la ville ayant été levé tôt vendredi matin, indique le Centre régional d'informations routière. Dans l'Allier, le mouvement se poursuit à l'entrée de l'A71 à Montmarault avec une opération péage gratuit menée par quelque 70 éleveurs. Dans le Puy-de-Dôme, les deux derniers points de blocage de Clermont-Ferrand ont été levés. Dans le Cantal, des barrages ont été mis en place au niveau de quatre ronds-points d'Aurillac.

• Dans le Sud et le Sud-Ouest

Les éleveurs des Pyrénées-Atlantiques ont établi dans la nuit des barrages filtrants aux abords de l'autoroute A64, qui relie Toulouse à Bayonne, avec une opération péage gratuit et contrôle des camions frigorifiques.  Vendredi matin, un barrage filtrant a de nouveau été mis en place sur un accès d'autoroute, à Soumoulou. En Ariège, la RN20 reliant Foix à la frontière espagnole est bloquée dans les deux sens à Tarascon-sur-Ariège, selon Bison futé. Selon Estelle Gironce, de la FDSEA, 70 manifestants retiennent les camions afin de vérifier leur cargaison. Deux barrages filtrants sont en place par ailleurs à Saint-Girons.