Des réquisitions rarissimes au procès Iacono

  • A
  • A
Des réquisitions rarissimes au procès Iacono
@ AFP
Partagez sur :

JUSTICE - L'avocat général du tribunal du Rhône a estimé que Gabriel Iacono, en dépit de ses rétractations, avait bien été abusé par son grand-père. Mais il n'a requis aucune peine à l'encontre de ce dernier.

La situation est inédite, qui plus est lors d'un procès en révision. L'avocat général du tribunal du Rhône a estimé que Gabriel Iacono, en dépit de ses rétractations, avait bien été abusé par son grand-père, mais il n'a requis aucune peine à l'encontre de ce dernier, jugé en révision devant les assises du Rhône.

"Je vous invite à y réfléchir et vous forger votre propre avis". "Gabriel a bien été victime d'abus sexuels. L'auteur en est son grand-père Christian Iacono. C'est la seule explication rationnelle", a déclaré le magistrat, Jean-Paul Gandolière. Mais plutôt que de prononcer un réquisitoire allant dans le sens d'une condamnation pour viol, le magistrat ajoute à l'attention de la cour : "Je vous laisse avec cette conviction, je vous invite à y réfléchir et vous forger votre propre avis."

"Bien sûr que cet enfant a été victime d'abus sexuels". "Ce n'est pas parce que Gabriel se rétracte que je suis obligé de le croire", a martelé l'avocat général. "Bien sûr que cet enfant a été victime d'abus sexuels, on ne peut pas remettre en cause ses déclarations", a-t-il dit, évoquant plusieurs signes cliniques révélateurs détaillés par les experts au cours du procès. "Dire que Gabriel n'a pas été victime de sévices sexuels, je n'y crois pas un seul instant", a-t-il insisté.

Condamné à deux reprises, avant que son petit-fils se rétracte. Les faits étaient censés s'être déroulés entre 1996 et 1998 dans la villa de Christian Iacono, à Vence, alors que l'enfant avait entre cinq et huit ans. Ses accusations ont valu à son grand-père seize mois de prison, en quatre périodes de détention, avant sa libération en avril 2012.

Christian Iacono avait été condamné en 2009, puis en appel en 2011, à neuf ans de prison pour le viol de son petit-fils Gabriel, qui l'a longtemps accusé, avant de se rétracter en mai 2011, dans un courrier au parquet de Grasse, dans les Alpes-Maritimes. Le 18 février 2014, Christian Iacono avait obtenu devant la Cour de révision l'annulation de sa condamnation à neuf ans de prison.

>> LIRE AUSSI - Procès Iacono : un drame familial pour la 3e fois aux assises

>> LIRE AUSSI - Iacono : un pas vers la réhabilitation

>> LIRE AUSSI - Pourquoi Iacono est-il de nouveau jugé ?

>> LIRE AUSSI - Affaire Iacono : Gabriel demande pardon à son grand-père