Violences : les policiers vont manifester le 18 mai pour dénoncer leur "stigmatisation"

  • A
  • A
Partagez sur :

MOBILISATION - Jean-Claude Delage, secrétaire général du syndicat Alliance, majoritaire chez les policiers, a annoncé sur Europe 1 mercredi une manifestation des forces de l'ordre le 18 mai.

INFO EUROPE 1

Contestation de la loi Travail, "Nuit debout", défilés syndicaux du 1er-Mai... Ces dernières semaines, de nombreux mouvements sociaux ont été émaillés d'incidents entre certains participants et les forces de l'ordre. Depuis, militants et syndicats de police se renvoient la responsabilité de ces débordements. Pour Jean-Claude Delage, secrétaire général du syndicat majoritaire Alliance Police Nationale, les policiers "sont stigmatisés", notamment par la CGT, qui a publié une affiche controversée.

"Stop à cette stigmatisation". "Nous allons dire stop à cette stigmatisation", a t-il déclaré mercredi au micro d'Europe 1. "Alliance Police Nationale organisera le 18 mai prochain une mobilisation nationale pour dénoncer ceux qui dénoncent des prétendues violences policières". Une mobilisation qui, selon nos informations, pourrait se dérouler place de la République, à Paris, à l'endroit même où se tiennent les rassemblements "Nuit debout".

"Les policiers n'en peuvent plus". Selon Jean-Claude Delage, "les policiers n'en peuvent plus". "L'État doit prendre la mesure de cette fatigue physique et psychologique. La liberté de manifester, ce n'est pas la liberté de blesser des policiers." Le syndicaliste a par ailleurs dénoncé des conditions de travail difficiles et des ordres parfois incompréhensibles. "Les policiers se demandent pourquoi on les laisse des heures à attendre avant d'intervenir", a t-il souligné, suggérant d'employer d'autres moyens pour maintenir le calme. "Il y a des schémas d'assignation à résidence pendant l'état d'urgence. Des individus sont connus, fichés par les services de renseignement, ils pourraient être interpellés à titre préventif et assignés à résidence."