Cinq ans de prison confirmés en appel pour Jacques Mariani, figure du banditisme corse

  • A
  • A
Cinq ans de prison confirmés en appel pour Jacques Mariani, figure du banditisme corse
A la barre, Jacques Mariani avait évoqué son long parcours carcéral . @ AFP
Partagez sur :

La cour d'appel d'Aix-en-Provence a ainsi confirmé la peine prononcée en janvier par le tribunal correctionnel de Marseille.

La cour d'appel d'Aix-en-Provence a condamné, mercredi, Jacques Mariani, une figure du banditisme corse, à cinq ans de prison pour subornation de témoin, confirmant ainsi la peine prononcée en janvier par le tribunal correctionnel de Marseille.

Héritier présumé de la bande criminelle La brise de mer, il a été reconnu coupable d'avoir téléguidé un témoignage lors du procès en appel d'Ange-Toussaint Federici, rejugé pour un triple assassinat commis à Marseille en 2006 sur fond d'une guerre entre clans rivaux.

Remise d'argent. Des écoutes établissent son entremise dans le versement d'une somme de 130.000 euros aux proches d'un de ses codétenus, Karim Boughanemi. Soixante dix mille euros avaient été saisis en flagrant délit par les enquêteurs lors d'une rencontre entre les proches de Karim Boughanemi et des émissaires corses avec lesquels Jacques Mariani était en contact. Cette remise d'argent intervenait au lendemain de la déposition de Karim Boughanemi devant la cour d'assises d'appel du Var. Un premier versement de 60.000 euros n'a jamais été retrouvé.

"Qu'est-ce que je fais ici ?". Karim Boughanemi, initialement poursuivi pour faux témoignage avait bénéficié d'un non-lieu, ce dont Jacques Mariani avait fait argument devant la cour d'appel. Il a assuré ne lui avoir conseillé que de dire la vérité. "Une subornation, c'est bien dire à quelqu'un de dire quelque chose de mensonger ? Boughanemi n'a rien dit de mensonger, alors qu'est-ce que je fais ici ?", avait-il apostrophé la cour.

Mis en examen et écroué pour extorsion. Jacques Mariani avait évoqué son long parcours carcéral ayant purgé plus d'une trentaine d'années de prison dont sept passés à l'isolement. "Le silence des murs, je l'ai apprivoisé", avait-il déclaré. Il avait été placé sous surveillance électronique en février 2017, astreint à un travail à La Baule dans la perspective d'une libération conditionnelle. Le 22 décembre, il avait été mis en examen et écroué pour extorsion.