Christian Iacono, condamné à tort pour viols : "La vérité a été dite, il faut essayer d'effacer les journées sombres"

  • A
  • A
Partagez sur :

Acquitté en 2015 après avoir été condamné pour viols sur son petit-fils, qui s'était ensuite rétracté, Christian Iacono revient sur son histoire dans un livre. Une façon "de mieux tourner la page" confie-t-il jeudi sur Europe 1.

INTERVIEW

Christian Iacono avait besoin d'écrire "le point final de cette histoire". Le 7 octobre, il sort Le mensonge, un livre qui retrace son histoire, celle d'un homme acquitté en 2015 après avoir été condamné pour viols et agressions sexuelles sur son petit-fils, avant que ce dernier reconnaisse avoir menti. "Je n'ai pas pu m'exprimer comme je le souhaitais depuis près de 15 ans. J'ai besoin de laisser ce témoignage à ma famille, à mes enfants et ceux qui vont naître", confie l'ancien maire de Vence, jeudi, sur Europe 1. "Je me suis forcé à le faire. Cela n'a pas été un moment de plaisir . Je l'ai fait et je considère que je peux tourner la page. Je peux regarder l'avenir même si à 81 ans l'avenir est assez limité".

Une histoire de famille complexe. Derrière cette accusation de viol, il y a une histoire de famille complexe. "Cet enfant était très malheureux, très influençable. Il entendait un certain nombre de choses. Son père avait déjà évoqué des possibilités d'agression sexuelle", explique Christian Iacono.

La Justice défaillante. Il pointe surtout une défaillance du système judiciaire "mais aussi des auxiliaires de justice comme certains médecins qui ont fait une erreur. Ensuite cela s'est communiqué aux experts qui sont partis avec une certitude que cette allégation était vraie" complète l'homme de 81 ans.

"La machine s'emballe". Dans son livre, il tente de montrer que sa condamnation est la conséquence d'une succession d'erreurs. "La machine s'emballe, elle ne peut plus s'arrêter et c'est très difficile de se défendre. Jai eu la chance d'avoir eu un petit fils qui s'est rétracté, sinon je serai encore en prison."

"La vérité a été dite". Aujourd'hui, ce dernier à 25 ans et vit à Reims. "C'est un homme, il est père de famille, il n'a pas de formation. Il est agent de sécurité depuis quelques temps. J'ai envie de lui dire, surtout construit ta vie tranquillement sans te précipiter. La construction se fait sur une bonne base, la rétractation. La vérité a été dite, maintenant il faut essayer d'effacer les journées sombres et partir avec confiance et espoir dans le futur."