Carburants : le point sur la pénurie, les blocages et les négociations lundi

  • A
  • A
Carburants : le point sur la pénurie, les blocages et les négociations lundi
Plus de 1.200 stations seraient à l'arrêt.@ Mon Essence
Partagez sur :

L'Ouest et le Nord sont particulièrement touchés par la pénurie, une partie des stations sont vides en région parisienne. Le gouvernement commence à hausser le ton.

L'ESSENTIEL

>> NB : Cet article fait le point sur la situation lundi 23 mai. Pour des informations plus récentes, rendez-vous sur notre article consacré à la journée de mardi. 

Environ 1.500 stations sur les 12.000 à travers la France seraient en pénurie, totale ou partielle, selon Alain Vidalies. Alors que Manuel Valls a promis dimanche l'évacuation de certains dépôts de carburant, bloqués par des opposants à la loi Travail, la pénurie était particulièrement visible dans l'Ouest et le Nord où les automobilistes sont obligés de partir à la chasse aux pompes ouvertes. La situation est devenu également compliquée en région parisienne. Retour sur un lundi compliqué pour les automobilistes.

  • L'essence commence à manquer dans le nord et l'ouest de la France

Environ une station-essence sur cinq rencontre des difficultés à s'approvisionner, principalement dans le nord-ouest de la France. A Nantes, il était impossible de trouver du carburant lundi. A chaque fois, la même affichette indique que les cuves sont vides. "C'est la galère, c'est partout fermé, il n'y a plus rien", a déploré Claudine, interrogée par Europe 1. Près de Lille, les automobilistes ne cachaient pas leur énervement. "J'ai cherché de l’essence partout ce week-end. Je suis allée dans toutes les stations, mais impossible, il y a des pénuries partout. Je dois aller travailler, j'ai 30 kilomètres à faire et je n'ai plus assez d'essence, je vais tomber en panne. C'est vraiment la galère", raconte Julie qui a fait 80 kilomètres et 20 stations sans trouver de carburant. Lundi soir, la région couvrant Martigues et Arles était également touchée, d'après le délégué CGT de la raffinerie de Lavéra.

Le mouvement a aussi commencé à atteindre la région parisienne. Lundi matin, il était parfois compliqué de trouver du carburant aux portes de Paris. A Roissy, Orly, Pantin ou encore à Issy-les-Moulineaux, les stations étaient fermées en raison de l'absence de carburant. "Depuis dimanche soir, je cherche du carburant. Là, je suis venu tôt parce qu'ils m'avaient dit qu'ils seraient livrés à 5 heures du matin, mais ce n'est toujours pas le cas. Je suis presque à sec", s'inquiète Medhi qui a déjà écumé huit stations différentes. La situation était légèrement meilleure dans l'est de la capitale et notamment place de la Nation. 

  • Légère amélioration attendue lundi

Dimanche, les réapprovisionnements ont été quasiment nuls. Très peu de camions ont roulé et le personnel des stations service n'était pas toujours présent pour réceptionner le carburant, dans les hypermarchés notamment. Lundi, la situation devait donc s'améliorer, d'autant plus que les camions-citernes devaient effectuer deux à trois rotation dans la journée, contre une habituellement. Mais face à la ruée des automobilistes sur les stations-essence, le retour à la normale est encore loin, d'autant que de nouveaux sites ont été bloqués.

  • Où en sont les blocages ? 

La France compte huit raffineries, neuf sites pétrochimiques, 191 dépôts et 11.356 stations-service. Lundi soir, cinq raffineries étaient à l'arrêt ou en cours d'arrêt. Pour les dépôts de carburant, le décompte est plus complexe : blocages et déblocages s’enchaînent, si bien que la CGT ne disposait pas d’un nombre précis de dépôts bloqués. Du côté des stations-services, environ 1.500 seraient en pénurie totale ou partielle. Le mouvement de grève s’étend également aux terminaux pétroliers, où sont débarquées nos importations : une grève de 24 heures reconductible a été déclenchée lundi chez Fluxel, le gestionnaire des terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer et de Lavéra.

  • Au fait, que réclament les grévistes ?

Le syndicat CGT, ainsi que FO, ont lancé vendredi un vaste mouvement de grève et de blocage dans le secteur pétrolier afin de prolonger la mobilisation contre le projet de loi Eml Khomri. "Il n'y a qu'une manière de débloquer la situation, c'est de retirer la loi Travail, c'est très simple", a résumé Emmanuel Lépine, responsable de la branche pétrole de la CGT. 

  • Le gouvernement hausse le ton

Certaines actions de blocage des raffineries et des dépôts de carburant ne sont pas "légitimes" et le gouvernement utilisera "tous les instruments" à sa disposition pour les faire cesser, a déclaré lundi le ministre des Finances Michel Sapin, fustigeant notamment l'attitude de la CGT. Un discours également tenu par le Premier ministre dimanche : "Nous allons continuer à évacuer un certain nombre de sites et notamment les dépôts", a promis le Premier ministre dans une interview sur BFMTV et la chaîne israélienne i24 News. "Ce mouvement n'a pas lieu d'être", a-t-il expliqué, affirmant sa "détermination à faire lever ces barrages". Principale cible des grévistes, la ministre du Travail Myriam El Khomri a également brocardé le mouvement. "J'ai du mal à supporter que des salariés soient pris en otage, que des Français soient pris en otage, alors même que nous avons beaucoup avancé", a-t-elle réagi lundi.