Cantines : une commune de l'Essonne supprime les repas de substitution

  • A
  • A
Cantines : une commune de l'Essonne supprime les repas de substitution
@ ROMAIN PERROCHEAU/AFP
Partagez sur :

La commune de Chilly-Mazarin rappelle par ailleurs que la cantine scolaire est "un service public facultatif". 

Le maire Les Républicains de Chilly-Mazarin, Jean-Paul Beneytou, a annoncé dans une note d'information transmise aux parents d'élèves à la rentrée la suppression des repas de substitution dans les cantines de sa commune. C'est la troisième commune de France, après Wissous, déjà dans l'Essonne, et Châlons-sur-Saône, à décider d'une telle interdiction.

Seulement en cas d'allergie. "La majorité municipale ne souhaite plus différencier la composition des repas en fonction d'un interdit religieux qui relève de la sphère privée et familiale, en application du principe de laïcité", explique cette note, datée de lundi. La décision, prise sans faire l'objet d'un vote au conseil municipal, a été annoncée aux parents "lors de l'inscription de leurs enfants dans les cantines communales". Des repas spécifiques pourront être commandés uniquement si l'élève souffre "d'une allergie alimentaire, établie par un certificat médical", poursuit la note.

Du porc trois fois en septembre. Le service de restauration scolaire est "un service public facultatif", rappelle la mairie, précisant que "la viande et les légumes seront servis séparément aux enfants". Le calendrier des menus, consultable sur le site de la mairie, indique ainsi qu'à trois reprises en septembre les élèves ne pourront consommer que du sauté de porc, du rôti de porc ou des saucisses de Strasbourg en plat de résistance. Contactée en début de matinée, la mairie n'était pas encore en mesure de réagir dans l'immédiat.
La justice n'a pas tranché. En août, le tribunal administratif de Dijon avait rejeté le référé contestant la décision du maire de Chalon-sur-Saône de supprimer les menus de substitution au porc dans les cantines de sa ville, sans toutefois trancher la question de la compatibilité de cette mesure avec le principe de laïcité.