Canicule : un millier d'ouvertures "sauvages" de bouches d'incendie à Paris et en proche banlieue

  • A
  • A
Canicule : un millier d'ouvertures "sauvages" de bouches d'incendie à Paris et en proche banlieue
Avec les fortes chaleurs, la fraîcheur est recherchée partout, jusqu'au bouches à incendie. Les pompiers lancent un signal d'alerte. Photo d'illustration. @ JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :

La Brigade des sapeurs pompiers de Paris alerte sur les risques de ce phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur.

Un millier d'ouvertures "sauvages" de bouches incendie ont été recensées à Paris et dans les trois départements de Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne depuis l'épisode de canicule dimanche, a-t-on appris jeudi auprès des sapeurs-pompiers.

Nombreux risques pour la sécurité. En conséquence, la Brigade des sapeurs pompiers de Paris (BSPP), qui a la charge de la capitale Paris et des trois départements de la petite couronne, a enregistré une "embolie" d'appels indus, a expliqué un de ses porte-parole. La fermeture de ces bouches n'est pas du ressort de la BSPP mais des mairies d'arrondissement ou de commune, a-t-il ajouté. "Ces actes sont un problème pour les services de secours, ça encombre les lignes (téléphoniques) et ça crée une pénurie d'eau pour les interventions incendie. Il y a également un risque électrique en raison des geysers produits (si l'eau touche des lignes ou installations électriques notamment, ndlr) ou en cas d'infiltrations souterraines, et aussi un risque plus élevé d'aquaplanning ou de glissades", souligne-t-il.

"L'équivalent de 60 piscines olympiques". L'ampleur du phénomène "devient critique" en Ile-de-France, a également déploré jeudi le groupe Veolia, qui distribue l'eau de 150 communes autour de Paris. "La journée du mercredi 21 juin a vu le phénomène des ouvertures intempestives de bouches et poteaux incendie prendre une ampleur non connue à ce jour, qui devient critique", a affirmé Veolia dans un communiqué. Sur le territoire du Syndicat des eaux d'Ile-de-France, qui regroupe 150 communes dans sept des huit départements de la région, "le volume d'eau distribué a augmenté de près de 50%", entraînant la perte de 150.000 m3, "soit l'équivalent de 60 piscines olympiques". Le distributeur constate "l'élargissement géographique de ce phénomène, jusqu'à présent concentré sur certaines communes de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne" et estime qu'"environ 500 appareils" ont été ouverts sur le seule journée de mercredi.

La maire de la ville d'Aubervilliers, Meriem Derkaoui, a demandé mercredi, avec cinq autres édiles de Seine-Saint-Denis, un "rendez-vous en urgence" au préfet du département de Seine-Saint-Denis. Cette rencontre vise notamment à "sensibiliser les forces de la police nationale à la nécessité d'intervention conjointe et rapide pour fermer les borne ouvertes", selon M. Russier.