Bernard Cazeneuve : "les Français sont plus protégés qu'ils ne l'ont jamais été"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve était l'invité dimanche de ce "Grand rendez-vous" exceptionnel en direct de la Place de la République, à l'occasion des commémorations des attentats de janvier 2015. 

INTERVIEW

Les Français n'ont jamais été aussi protégés. C'est en substance le message qu'est venu marteler Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, sur Europe 1 à l'occasion des commémorations des attentats de janvier Place de la République.

"Nous sommes face à une situation extrêmement grave". Pour appuyer ses dires, Bernard Cazeneuve a mis en avant le renforcement des effectifs de police et de gendarmerie. "Aujourd'hui, il y a 110.000 policiers et gendarmes qui s'ajoutent au près de 10.000 militaires dans le cadre de l'opération Sentinelle", explique-t-il. Le ministre n'a aussi eu de cesse de répéter que la menace terroriste n'avait jamais été aussi élevée. "Nous sommes face à une situation extrêmement grave par rapport à laquelle nous prenons 100% de précautions, ce qui permet aux Français d'être protégés", poursuit-il, avant de reconnaître néanmoins : "mais 100% de précautions, ce n'est pas le risque zéro". 

Les chiffres. Bernard Cazeneuve avoue aussi : "il est vrai que des individus qui n'ont donné aucun signe de radicalisation peuvent partir du jour au lendemain sans que nos services aient pu agir, ça existe". Mais le ministre de l'Intérieur souhaite démontrer la mobilisation totale des services de l'Etat sur la question en insistant sur les chiffres : "Il y a 250 hommes qui ont été sur le théâtre d'opérations terroristes et qui sont rentrés". Sur ces 250 hommes, "232 ont été mis en examen ou interpellés, 168 ont été incarcérés et le reste est mis sous contrôle judiciaire ou sous surveillance". Enfin, 196 dossiers judiciaires ont été ouverts et concernent un millier de personnes. 

"Une Task Force européenne" pour détecter les faux passeports aux frontières de l'UE. Interrogé sur la fabrication par le groupe Etat islamique de vrais-faux passeports pour rentrer dans l'Union européenne, Bernard Cazeneuve affirme que "c'est un sujet de fond" et que "le phénomène continuera si l'on est pas capable de le juguler". "Ma conviction profonde c'est que quelques uns qui ont frappé le 13 novembre sont entrés avec des faux papiers dans l'Union européenne", ajoute-t-il. Pour contrer cela, le ministre demande "un vrai contrôle aux frontières extérieurs de l'Union Européenne, de faire monter en puissance Frontex et surtout il faut une Task Force européenne qui mobilise les services de police et les services d'Europol spécialisés dans la lutte contre les faux documents pour qu'au moment de ce contrôle aux frontières, on puisse identifier ces faux documents". 

Sur les propositions d'Alain Juppé. Le ministre de l'Intérieur a, par ailleurs, réagi aux propositions d'Alain Juppé dans son livre-programme "Pour un Etat fort". "J'ai lu avec beaucoup d'attention le livre d'Alain Juppé pour lequel, chacun le sait, j'ai énormément d'estime et de considération", a-t-il d'abord estimé. Mais, a-t-il poursuivi, "ces propositions ont été faites par la droite lorsqu'elle était au pouvoir et elle s'est trouvée contrainte d'y renoncer parce qu'elles étaient inefficaces ou elles ont été mises en oeuvre par nous". 

L'assaillant du commissariat parisien.

Concernant l'assaillant du commissariat parisien abattu jeudi par les forces de l'ordre, Bernard Cazeneuve a appelé à la plus grande prudence. "Ce que nous savons aujorud'hui, c'est que l'identité sur laquelle on était parti au début n'est sans doute pas la bonne. Il est sans doute d'origine tunisienne, son nom serait Tarek Belgacem, il aurait séjourné dans plus pays de l'UE : le Luxembourg, la Suisse, l'Allemagne..." Mais le ministre de l'Intérieur n'a pas confirmé l'information selon laquelle il vivait dans un foyer de réfugiés en Allemagne. Il a enfin précisé qu'à sa connaissance, l'individu n'avait pas de complices. 

>> Réécoutez l'intégrale de l'interview de Bernard Cazeneuve : 


Le grand rendez-vous avec Bernard Cazeneuvepar Europe1fr