Benjamin Amar (CGT) : "La lutte des classes est une réalité"

  • A
  • A
Partagez sur :

MARX DANS LE TEXTE - Le responsable de la politique revendicative de la CGT a justifié, mardi sur Europe 1, les blocages engendrés par la mobilisation contre la loi Travail.

INTERVIEW

Ne lui dites pas que les blocages sont inacceptables. Pour Benjamin Amar, responsable de la politique revendicative de la CGT, ils sont nécessaires pour acquérir et préserver les droits sociaux des salariés. "Pourquoi le blocage ? Qu'on regarde ce qui s'est passé dans le passé. Comment a-t-on construit notre modèle social, conquis des droits ? Par la grève, par les blocages", a expliqué le syndicaliste, mardi sur Europe 1.

Rapports de force. Selon lui, ces grèves sont nécessaires parce que "la lutte des classes, c'est pas une idée, c'est une réalité". Et si la fonction publique fait plus grève que le privé, ce n'est qu'une preuve supplémentaire de l'existence de cette lutte des classes permanente. "Ce que partagent les salariés du privé, c'est notre colère. Mais parfois il est beaucoup plus compliqué pour eux de faire grève à cause des rapports de force dans l'entreprise." Benjamin Amar a par ailleurs rappelé que les salariés comme les fonctionnaires grévistes devaient renoncer à leur salaire. "Quand je fais grève, je perds 100 euros par jour. Vous imaginez que je fais ça par plaisir ?"

Passage en force. Le responsable de la politique revendicative de la CGT a enfin rejeté la responsabilité de l'enlisement du conflit sur le gouvernement. "On a un gouvernement qui a une position d'hostilité aux salariés et à certains syndicats, dont [la CGT]", a t-il argué. "S'il avait voulu négocier, il aurait pu le faire il y a des mois. Il a voulu passer en force."