Leurs bébés ont été échangés, elles recevront près de 2 millions d'euros

  • A
  • A
Leurs bébés ont été échangés, elles recevront près de 2 millions d'euros
@ AFP
Partagez sur :

La maternité a été reconnue coupable pour l'échange qui a eu lieu il y a 20 ans. Les familles réclamaient 12 millions d'euros.

Les familles des bébés échangés à la naissance il y a 20 ans réclamaient 12 millions d'euros. Mardi, les deux familles ont obtenu 1,880 million d'euros, a tranché le tribunal de grande instance de Grasse qui a reconnu la clinique de Cannes coupable de l'erreur.

>> LIRE AUSSI : Bébés échangés à la naissance : "réparer un mal inestimable"

La clinique condamnée mais pas les médecins. Dans le détail, la clinique et la société d'assurances devront verser 400.000 euros par enfant échangés, 300.000 euros aux trois parents concernés, et 60.000 pour les frères et soeur, au nombre trois.

Le tribunal a, en effet, condamné solidairement la clinique et la société d'assurances "en réparation des préjudices consécutifs au manquement à cette obligation de résultat". Les familles ont en revanche été déboutées de leurs demandes formées contre les médecins. Le tribunal ordonne l'"exécution provisoire partielle de ces condamnations" à hauteur de 100.000 euros par enfant échangé, 100.000 euros par parent et 25.000 euros pour les frères et soeur.

"Une immense reconnaissance". Sophie Serrano, l'une des deux mères, avait les larmes aux yeux lorsqu'elle a appris le jugement. "C'est un soulagement, une immense reconnaissance", a-t-elle confié à Europe1.



>> LIRE AUSSI - Manon et Mathilde, deux bébés échangés

"Un mal inestimable". Avant le jugement, Sophie Serrano, avait expliqué à Europe1 pourquoi les familles demandaient une telle somme : "12 millions d'euros, c'est important, bien sûr, mais au même titre que le mal que l'on nous a fait qui, lui, est inestimable".

Sophie Serrano avait aussi confié avant le jugement pourquoi cette action en justice était essentielle pour elle et sa famille : "j'ai besoin que la justice dise : 'c'est eux les responsables' pour que je ne me dise plus : 'c'est moi la responsable'".