Barbarin doit démissionner, pour la secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes

  • A
  • A
Barbarin doit démissionner, pour la secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes
@ AFP
Partagez sur :

Pour la secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes, le cardinal Barbarin doit "évidemment" démissionner.

Le cardinal Philippe Barbarin, accusé de ne pas avoir dénoncé des prêtres pédophiles, doit démissionner, a jugé jeudi la secrétaire d'État chargée de l'Aide aux victimes, Juliette Méadel.

Une démission évidente. A la question "Est-ce que vous considérez que Barbarin (...) devait prendre ses responsabilités, c'est-à-dire partir", la ministre a répondu sur Radio classique : "Mais évidemment, c'est la moindre des choses !" "Il devrait, en termes purement individuels, en tirer des conclusions importantes, et certainement pas se cacher derrière des arguties juridiques", a affirmé Juliette Méadel, qui a assuré se positionner en termes "plutôt éthiques" et non juridiques.

"Pas très chrétien". "On n'attend pas de l'Eglise qu'elle dise : 'hep, hep, je vais demander à mon avocat son avis' ! On attend qu'elle fasse amende honorable, et moi, je trouve que de ne pas être capable de demander pardon, ça n'est pas très chrétien", a-t-elle affirmé. Le Premier ministre Manuel Valls avait déjà appelé Mgr Barbarin à "prendre ses responsabilités", après la révélation de deux plaintes déposées contre l'archevêque de Lyon, empêtré dans un dossier vieux de 25 ans.

L'Eglise accumule les affaires. Le père Bernard Preynat, malgré des agressions sexuelles commises sur de jeunes scouts de Lyon entre 1986 et 1991, a ainsi été maintenu en activité jusqu'en août dernier, avant d'être mis en examen le 27 janvier. Suite à la médiatisation de ce dossier, un haut responsable du ministère de l'Intérieur a porté plainte à son tour contre Mgr Barbarin pour des atteintes sexuelles remontant au début des années 1990 et commises par un autre prêtre. Il reproche au cardinal de ne pas avoir agi quand il l'a informé de cette agression en 2009. Sans viser nommément le prélat, la justice française a ouvert deux enquêtes préliminaires suite à ces plaintes.