Attentats du 13-Novembre : "Il ne faut pas oublier et il ne faut pas oublier de vivre"

  • A
  • A
Partagez sur :

Deux ans après les pires attentats de l'histoire de France, Max, voisin du bar La Bonne Bière, se souvient de cette nuit d'horreur où tout a basculé. 

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Il y a deux ans, Max a vécu les attentats du 13-Novembre à Paris de très près. Il était à sa fenêtre, dans l'immeuble juste en face du bar La Bonne Bière, lorsque des djihadistes ont ouvert le feu sur la terrasse et s'est rapidement porté au secours des victimes. Deux ans plus tard, impossible pour lui d'oublier ces images. "Quand ça a tiré, j'étais à ma fenêtre. Je suis arrivé à la Bonne Bière même pas deux secondes après, j'ai vu plein de personnes mortes, par terre, des balles dans les vitres. Il y a avait un couple dans une voiture avec les feux allumés, ils étaient décédés. Et dans la rue toutes ces personnes qui criaient", raconte-t-il sur Europe 1.

"Je lui ai donné la main, je lui ai dit de rester avec moi". "La seule chose que j'ai pu faire, c'est d'essayer de parler avec une dame. Je lui ai donné la main. Je lui ai dit de rester avec moi. Ses yeux s'ouvraient, se fermaient. Puis ils sont restés bloqués et j'ai compris que cette dame était décédée. La dernière vue qu'elle a eue, c'est moi", se rappelle-t-il encore ajoutant que depuis, il avait beaucoup de mal à dormir. 

"Il ne faut pas oublier de vivre". "Toutes les personnes qui sont parties ce jour-là, ce sont eux les rois. Il ne faut pas oublier, pas oublier de vivre, d'aller sur une terrasse, voir des spectacles, aller à un match de football. On le fera", assure-t-il. Le 13 novembre 2015, 130 ont été tuées et plus de 350 blessés à Paris et à Saint-Denis.