Après l'affaire Hamilton, un rallongement des délais de prescription pour les viols sur mineurs ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Le photographe David Hamilton, qui s'est suicidé vendredi, ne pouvait plus être poursuivi pour les accusations de viols formulées à son encontre par Flavie Flament.

David Hamilton ne sera jamais jugé pour le viol sur mineure dont l'accuse Flavie Flament. Le photographe britannique a été retrouvé mort, vendredi soir, vraisemblablement après s'être suicidé. Et la prescription avait déjà fait son œuvre pour des faits présumés qui remontent à une trentaine d'années, lorsque l'animatrice de télévision n'avait que 13 ans et participait à une séance photos au Cap d'Agde. D'où l'idée d'allonger le délai de prescription pour les viols sur des victimes mineures.

Entendu sur Europe 1
Les enfants peuvent ne pas se souvenir de ce qui est arrivé.

Mardi, la ministre des Droits des femmes Laurence Rossignol, également en charge des Familles et de l'Enfance, a annoncé avoir confié à Flavie Flament une "mission de consensus" sur cette question. "L'idée d'avoir un écart entre les crimes commis sur des majeures et les crimes commis sur des mineures est importante", explique pour Europe 1 Ernestine Ronai, coordinatrice nationale de la mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences.

Imprescribilité en Suisse et au Royaume-Uni. Le délai de prescription est aujourd'hui de 20 ans à compter de la majorité de la victime. "Face à un très grand traumatisme et une grande peur, les enfants peuvent ne pas se souvenir de ce qui est arrivé", rappelle Ernestine Ronai. "À l'occasion d'une grossesse ou d'un fait quelconque, cela peut revenir à la mémoire et donc, à ce moment-là, c'est important de pouvoir porter plainte."

Début octobre, le Haut Conseil à l'égalité avait proposé de mieux protéger les mineurs, qui représentent 60% des victimes de viol, en allongeant les délais de prescription des viols. Les agressions sexuelles sur mineurs sont imprescriptibles en Suisse ou au Royaume-Uni. La Californie vient de voter l'imprescriptibilité des viols après l'affaire Bill Cosby. Mais en France, où l'imprescriptibilité est réservée aux crimes contre l'humanité, le Parlement n'a pas bougé sur la question, malgré plusieurs tentatives ces dernières années.