Airbnb, Tripadvisor, Booking ont "secoué le secteur touristique qui marchait pépère"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le tourisme devient-il prisonnier du web ? Invitée par David Abiker, Josette Sicsic, directrice d'un observatoire spécialisé, fait le point.

INTERVIEW

Un amendement oblige des propriétaires désireux de louer leur bien une certaine durée sur Airbnb à s'inscrire en mairie. L'Etat tente ainsi de réguler le tourisme participatif qui grignoterait les parts des professionnels du secteur. Josette Sicsic, directrice de l’observatoire Touriscopie, un espace de veille sur le secteur du tourisme, était invitée samedi d'Europe 1 dans C'est arrivé cette semaine pour évoquer ces évolutions.

"90% des touristes préfèrent encore l'hôtel". Alors Airbnb tue-t-il l'hôtellerie version "tradi" ? "Airbnb a une stratégie de communication très forte. L'Etat est obligé d'agir par rapport aux hôteliers qui payent des taxes. Mais Paris est relativement cool vis-à-vis d'Airbnb", contrairement à d'autres métropoles comme Berlin ou New York. Malgré le développement des offres d'hébergement, "90% des touristes préfèrent toujours l'hôtel", souligne Josette Sicsic.

Dérive. Le vrai problème, c'est la dérive du principe de base. Des propriétaires utilisent le filon Airbnb pour louer plusieurs fois leur appartement quelques jours dans le mois, ce qui rapporte plus qu'avec un contrat de bail traditionnel. Mais de manière générale, "c'est une économie de brocante. Les gens gagnent en moyenne 2.000 à 2.200 euros par an sur Airbnb".

Faire des économies. L'argument numéro 1 pour le consommateur (loueur) qui opte pour Airbnb est économique, indique la spécialiste. "Une chambre d'hôtel à Paris dans un 3-4 étoiles, c'est 250 euros la nuit." A budget équivalent, "c'est une semaine dans un studio loué sur Airbnb dans lequel vous allez pouvoir faire votre petit-déjeuner. Il y a une véritable économie de la part de l'offreur et du loueur."

"Concurrents inattendus". Développement d'internet oblige, Airbnb comme Tripadvisor ou encore Booking ont "secoué le secteur touristique qui marchait pépère. On ne faisait pas beaucoup d'efforts, ça marchait comme ça, surtout l'hôtellerie. Les professionnels se sont retrouvés pris au piège par des concurrents inattendus. Les plus malins ont réfléchi, créé de nouveaux concepts." Et le prochain concept émergent, selon Josette Sicsic, serait de louer une chambre d'hôtel pour quelques heures seulement !