Aimé Conigliaro, l'homme qui vieillit les visages d'enfants disparus

  • A
  • A
Aimé Conigliaro, l'homme qui vieillit les visages d'enfants disparus
Aimé Conigliaro, ingénieur en criminalistique
Partagez sur :

Aimé Conigliaro, ingénieur en criminalistique, chargé du vieillissement d'enfants et d'adultes assisté par ordinateur, était l'invité de Caroline Roux, jeudi. 

Depuis vingt ans, Aimé Conigliaro, ingénieur en criminalistique à l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie, réalise les portraits vieillis d'enfants disparus. "On a une certaine charge émotionnelle, puisque ce sont des enfants", reconnaît l'expert, qui était l'invité de Caroline Roux, jeudi, sur Europe 1. Mais avant de procéder au vieillissement, Aimé Conigliaro s'imprègne du visage des enfants, "pour travailler correctement". Il étudie la photo, regarde les yeux, pose des questions à la famille. 

Étirer les traits. "Je n'utilise pas de stylo", explique Aimé Conigliaro. "Avec une souris, je vais placer sur le visage de l'enfant des points anthropométriques, 27 au total, de manière verticale et horizontale." Ces points sont ensuite mesurés les uns par rapport aux autres puis, en fonction de l'âge désiré, les traits sont étirés grâce aux dimensions données par un tableur.  

Jusqu'à 25 ans. Cette technique est "complètement objective" d'après l'expert. "La croissance osseuse est fixée à partir de 25 ans. Après, on peut vieillir, grossir, changer de coiffure, mais on ne change pas de traits", précise-t-il. Les parents d'Estelle Mouzin, disparue en 2003, avaient pourtant préféré faire appel à une équipe américaine, prenant en compte l'esthétique, car ils ne reconnaissaient pas leur fille sur l'image vieillie par la police française. "Nous, on ne va pas jouer sur la couleur des cheveux, ou telle ou telle lumière. On n'est pas dans un studio, on est dans la réalité", explique Aimé Conigliaro. 

Retrouvez l'interview en intégralité : 


Aimé Conigliaro : "On veut vieillir de manière...par Europe1fr