Aides au logement : la Cnaf "n'a pas été consultée", déplore son président

  • A
  • A
Aides au logement : la Cnaf "n'a pas été consultée", déplore son président
@ JACK GUEZ / AFP
Partagez sur :

"C'est brutal, c'est annoncé durant l'été, cela n'est pas le résultat d'une concertation", a déclaré le président du conseil d'administration de la Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf).

La Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf) "n'a pas été consultée" sur la future baisse du montant des aides au logement, a déploré mardi le président du conseil d'administration Jean-Louis Deroussen, dénonçant une décision "brutale" et "injuste".

Une "mesure d'économie injuste". "Nous n'avons pas été, en tant que conseil d'administration, consultés sur ce nouveau coup de rabot", a affirmé sur RTL Jean-Louis Deroussen, interrogé sur la baisse des aides au logement, de 5 euros par mois et par foyer à partir d'octobre, décidée par le gouvernement. "C'est brutal, c'est annoncé durant l'été, cela n'est pas le résultat d'une concertation", a-t-il ajouté, déplorant une "mesure d'économie (...) injuste", qui "frappe les plus faibles, les plus démunis".

"Une concertation un peu plus étroite et préalable avec notre conseil d'administration aurait permis de trouver probablement d'autres solutions", estime Jean-Louis Deroussen, critiquant une "absence[...] de réelle prise en compte" des difficultés des familles.

"On peut s'attendre au pire." "Est-ce que l'on veut quand même que les gens aient les moyens de se loger et d'élever leurs familles ou est-ce que l'on préfère laisser peut-être les gens dans une plus grande précarité, ce qui serait encore plus dommageable ?", s'est-il interrogé avant d'ajouter : "On peut s'attendre au pire et cela m'inquiète."

Versées par la Caisse d'allocation familiale (CAF), les aides aux logement se décomposent en trois catégories : aide personnalisée au logement (APL), qui profite notamment à environ 800.000 étudiants, allocation de logement familial (ALF), et allocation de logement social (ALS). Une baisse de 5 euros par mois et par ménage représenterait ainsi une économie mensuelle de 32,5 millions d'euros, soit 97,5 millions sur les trois derniers mois de l'année en cours.