Affaire Grégory : "Les conditions sont réunies pour que Murielle Bolle puisse être libérée", assure son avocat

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'avocat de Murielle Bolle entend obtenir la remise en liberté de sa cliente vendredi. Et propose qu'elle soit hébergée "chez quelqu'un qui n'a pas de rapport" avec sa famille.

Murielle Bolle, témoin clé de l'affaire Grégory, va-t-elle être libérée ? La chambre d'instruction de la cour d'appel de Dijon doit se prononcer ce vendredi sur sa demande de remise en liberté. La belle-sœur de Bernard Larochemise en examen pour enlèvement suivi de mort, est écrouée depuis le mois de juin. Elle continue de nier son implication dans l'affaire Grégory. Pour son avocat, Jean-Paul Teissonnière, rien ne justifie son maintien en détention.

"Difficilement supportable". "Elle va mal puisque les codétenues ne cessent de l'insulter. C'est une situation très difficilement supportable pour elle. Elle souhaite simplement reprendre une vie paisible alors que la première partie de son existence - elle a aujourd'hui 48 ans - a tout de même été saccagée par les conséquences des accusations qui sont portées contre elle", indique-t-il. "Elle trouve simplement que la situation qui lui est faite est injuste."

"Un hébergement en dehors des Vosges". Son avocat a fait une proposition pour sa remise en liberté qui consiste en "un hébergement en dehors des Vosges", département où résident les protagonistes de l'Affaire Grégory et notamment la famille de Murielle Bolle, suspectée il y a 34 ans d'avoir exercée des pressions sur celle qui était alors adolescente afin de lui faire retirer son témoignage à charge contre Bernard Laroche.

Son conseil propose en outre de la faire résider "chez quelqu'un qui n'a pas de rapport avec sa famille, ce qui était une exigence de la Cour d'appel. Cet éloignement devrait donner toutes les garanties d'absence de concertation frauduleuse et d'absence de pression. Je pense que les conditions sont réunies pour que Murielle Bolle puisse être libérée", conclut le conseil. Le parquet général s'est toutefois opposé cette semaine à cette remise en liberté.