Affaire Benalla : pour l'avocat du couple pris à partie le 1er-Mai, "il est important de rétablir la vérité sur ce qu'ils sont"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le couple pris à partie par Alexandre Benalla le 1er mai dernier n'est ni menteur, ni casseur, selon les informations du quotidien "Le Monde". Sur Europe 1, leur avocat souligne l'importance de "rétablir la vérité".

INTERVIEW

C'est un nouveau coup porté à la défense d'Alexandre Benalla. Le couple pris à parti par l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron, le 1er mai à Paris, n'avait pas d'antécédents judiciaires, révèle Le Monde mardi.

Selon des rapports de police révélés par le quotidien du soir, les deux jeunes gens n'avaient pas non plus dissimulé leur identité aux policiers, contrairement à ce qu'avait affirmé le chargé de mission à l'Élysée, mais aussi le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, en commission d'enquête. Pour l'avocat du couple, il est d'autant plus "important de rétablir la vérité sur ce qu'ils sont [ses clients ndlr]".

"Notre but n'est pas d'accuser Michel Delpuech". "Notre but n'est pas d'accuser Michel Delpuech d'avoir menti. Peut-être que les informations qu'il avait à sa disposition étaient celles-ci. Je pense que le sujet n'est pas là", explique Me Sahand Saber sur Europe 1, alors que le haut fonctionnaire avait affirmé sous serment, le 25 juillet dernier, que les deux trentenaires "n’avaient pas de papiers sur eux" et avaient "déclaré de fausses identités".

Entendu sur Europe 1
Non seulement M. Benalla ne sait pas accomplir des gestes d'immobilisation, mais sa capacité d'analyse est aussi tout à fait limitée
Me Sahand Saber, avocat du couple

Tenir Benalla pour "menteur". "Mes clients ne sont pas des casseurs, ne sont pas des membres des Black Blocs. Ils n'ont pas de casier judiciaire et ne sont pas du tout connus des services de police", répète à l'envi l'avocat, qui entend bien tenir Alexandre Benalla pour "menteur". "Non seulement M. Benalla ne sait pas accomplir des gestes d'immobilisation, mais sa capacité d'analyse est aussi tout à fait limitée", conclut-il.