Admission Post Bac : comment faire à la dernière minute ?

  • A
  • A
Admission Post Bac : comment faire à la dernière minute ?
@ AFP
Partagez sur :

CONSEILS - Après l'obtention de leur diplôme, certains lycéens se retrouvent un peu sans solution. Voici quelques conseils. 

BAC

Vous êtes lycéen, vous venez d'avoir le baccalauréat mais vous n'êtes pas encore inscrit à l'université pour l'année prochaine ou toutes vos demandes ont été refusées. Ne vous angoissez pas, vous n'êtes pas le seul dans cette situation. Europe 1 vous donne quelques conseils pour ces admissions post-bac de dernière minute.

L'existence d'une "procédure complémentaire". L'Education nationale a prévu une solution de rattrapage pour les plus étourdis d'entre vous. Normalement, vous deviez vous inscrire sur la plateforme d'admissions Post Bac entre le 20 janvier et le 20 mars. Mais le ministère a mis en place une "procédure complémentaire" afin de vous porter candidat sur les places vacantes. Problème : la procédure classique étant presque bouclée, vous passerez donc après tous les autres bacheliers et n’aurez droit qu’aux places restantes.

Qui peut prétendre à cette procédure ? Si toutes vos demandes ont été refusées, vous pouvez également postuler à cette "procédure complémentaire". De même, les ex-lycéens en attente sur une ou plusieurs demandes formulées peuvent présenter de nouveaux vœux au cas où.

Comment s'y inscrire ? La procédure est ouverte depuis le 26 juin. Vous pouvez vous inscrire jusqu'au 15 septembre au plus tard. Tout se passe sur la plateforme de l'Education nationale (le lien ici). Vous devrez décrire votre scolarité par année comme dans n'importe quel autre dossier. Il faudra aussi fournir les bulletins scolaires de Première et Terminale. Ensuite, vous communiquerez votre résultat au baccalauréat (avec mention si vous en avez décroché une).

Enfin, vous pourrez formuler 12 choix. Lorsqu'une formation vous fait une proposition d'admission, vous recevrez automatiquement un mail et vous aurez une semaine pour prendre une décision. Dernier conseil : éviter le hors-délai !