Abattoirs, corrida : la SPA interpelle Hollande avec une campagne d'affichage

  • A
  • A
Abattoirs, corrida : la SPA interpelle Hollande avec une campagne d'affichage
@ REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :

La SPA a lancé lundi une nouvelle campagne de sensibilisation autour de trois thèmes : la corrida, l'expérimentation animale et les abattoirs. Les affiches sont directement adressées au président de la République.

Abattage, expérimentation animale, corrida : la SPA lance lundi à Paris et dans les grandes villes de province une campagne d'affichage pour interpeller François Hollande afin "que cessent les cruautés infligées aux animaux en France".

Sortir les politiques de leur "immobilisme". Sur une photo, un agneau, un slogan : "La torture... c'est légal ? Monsieur le Président #JeVousFaisUneLettre", questionne la première des trois affiches évoquant l'abattage des animaux. Un lapin blanc symbolise, lui, l'expérimentation animale et un puissant taureau, la corrida. La SPA, qui depuis sa création il y a 170 ans combat toute forme de souffrance animale, espère "interpeller les politiques pour les sortir enfin de l'immobilisme", explique-t-elle dans un communiqué. Elle rappelle que "les animaux sont reconnus en France comme des êtres sensibles" mais s'indigne "qu'ils y sont pourtant martyrisés dans l'indifférence générale et au mépris des lois par des individus qui profitent de la passivité des élus".

Des revendications simples. La SPA réclame donc l'installation des systèmes de vidéo surveillance dans toutes les zones d'abattage, "seule mesure permettant à la fois de prévenir les dérives illégales et cruelles mais aussi de les sanctionner en prouvant par l'image et de manière irréfutable leur existence". Elle milite aussi auprès des élus français "pour qu'enfin notre pays s'engage dans une pratique de recherche scientifique qui ne suppliciera plus les animaux". Pour la corrida, la SPA "exige son interdiction dans les plus brefs délais".

Ces affiches seront visibles à Paris, en banlieue parisienne mais aussi à Marseille, Lyon, Nantes, Nice, Toulouse, Bordeaux, Lens, Strasbourg, Lille, Rouen, Toulon, Grenoble, Rennes, Tours, Metz, Montpellier et Orléans. Elles seront également mercredi dans le métro parisien.