A Vichy, un septuagénaire malvoyant payait des "prestations" à 3.200 euros

  • A
  • A
A Vichy, un septuagénaire malvoyant payait des "prestations" à 3.200 euros
Depuis 2010, la jeune femme a cumulé pas moins de 130.000 euros. (Photo d'illustration)@ AFP
Partagez sur :

Une représentante de commerce avait senti le bon filon chez cet homme de 76 ans, malvoyant et très solitaire.

Elle vendait des caisses de vin, en porte à porte. C'est en 2010 que Christelle (*) rencontre Michel, vichyssois de 76 ans, qui vit seul. L'homme lui achète une caisse et le contact se fait. La Montagne raconte que dès lors, les visites de la trentenaire, originaire de Clermont-Ferrand, vont se faire de plus en plus régulières.

"Il me caressait". "On discutait, on montait dans sa chambre, je me déshabillais entièrement et il me caressait", raconte la jeune femme. Christelle repartait ensuite avec un chèque; de grosses sommes, tournant aux alentours de 3.200 euros, la plupart du temps. Après cinq ans du même manège, la jeune femme a ainsi accumulé pas moins de 135.900 euros. A son procès, Christelle a défendu son cas : elle avait des problèmes d'argent. "J'avais le couteau sous la gorge, j'allait être interdit bancaire", explique-t-elle. "Prendre 3.200 euros pour des caresses, c'est de l'abus de confiance", lui répond la vice procureure.

"Un homme âgé, aveugle, sourd, isolé".C'est la fille du septuagénaire qui a découvert les relevés bancaires de son père et les lourdes sommes dépensées. Pour l'avocat de la partie civile, ce n'est pas une relation de prostituée à client : "On a affaire à un homme âgé, quasiment aveugle, sourd, isolé", a-t-il déclaré.

Déclarée coupable, la jeune femme a été condamnée à 12 mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve durant deux ans, avec obligations de soins. Elle devra également verser 108.400 euros de dommages et intérêts à la victime.

*Les prénoms ont été modifiés.