À Rennes, deux élus LR aspergés d'urine et de soupe de poisson

  • A
  • A
À Rennes, deux élus LR aspergés d'urine et de soupe de poisson
L'élu LR Bertrand Plouvier, ici en 2016 avec Alain Juppé, a annoncé qu'il allait porter plainte.@ AFP
Partagez sur :

Les deux élus faisaient partie d'un groupe de personnes qui participaient mercredi soir à une réunion autour du programme de François Fillon. L'un d'entre a porté plainte contre X, jeudi.

Une quinzaine de personnes ont participé mercredi soir à une réunion politique autour du programme de François Fillon, candidat LR à la présidentielle. Organisée par l'association Sens Commun, cette rencontre a réuni deux candidats LR aux législatives à Rennes, Bertrand Plouvier, et Amélie Dhalluin.

Des activistes d'ultra-gauche mis en cause. "Dans la soirée, cinq individus sont entrés dans le bar où se déroulait la rencontre", explique Bertrand Plouvier dans Ouest-France. Munis de deux bouteilles, ils ont aspergé d'urine et de soupe de poisson les personnes présentes, "en criant 'fachos' ", poursuit-il. "Ça a duré à peine une minute et ils sont partis. C’est scandaleux", s'indigne l'élu, également leader de l'opposition municipale rennaise. "J'en ai pris dans la bouche et des pieds à la tête. Ça dégageait une odeur nauséabonde d'urine et de soupe de poisson", a témoigné l'élu à l'AFP. 

Avec Amélie Dhalluin, ils mettent en cause des "activistes d'ultra-gauche". Jeudi, Bertrand Plouvier a annoncé avoir porté plainte contre X. Sa collègue, Amélie Dhalluin, devait le faire vendredi, a-t-il précisé. 

La maire PS de Rennes condamne l'agression. Dans un communiqué publié jeudi, la députée-maire socialiste de Rennes, Nathalie Appéré a condamné l'agression des deux élus LR. Elle exprime sa "solidarité" et son "soutien" à ses "collègues du conseil municipal". "En s’attaquant à un débat politique, c’est la démocratie elle-même que l’on veut remettre en cause", ajoute-t-elle.



"Aucun désaccord politique ne peut justifier de tels agissements". Emmanuel Couet, président PS de Rennes Métropole, s'est également fendu d'un communiqué dans lequel il fait part de son "indignation". "Je veux leur exprimer ma solidarité, en mon nom et en celui de Rennes Métropole", ajoute-t-il. "Aucun désaccord politique ne peut justifier de tels agissements".