À Marseille, l'hôpital public agonise avec un milliard d'euros de dettes

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les hôpitaux marseillais sont au bord du gouffre financier et humain, avec 800 suppressions de postes demandées par l'État pour restructurer l'AP-HM.

Les hôpitaux marseillais vont-ils se remettre de la cure d'amaigrissement qui leur est imposée ? Pour toucher de l'État les 300 millions d'euros nécessaires pour se moderniser, l'AP-HM (Assistance publique-Hôpitaux de Marseille) doit supprimer 800 postes alors même que les établissements sont frappés par un absentéisme record. La situation est plus que critique : ils cumulent près d'un milliard d'euros de dettes.

"Nous sommes à l'os". "C'est impossible" de procéder à ces coupes, proteste Audrey Jolibois, de Force ouvrière. "Nous sommes à l'os et il ne reste plus rien à gratter. La nuit, on retrouve des services de soins à l'hôpital de la Conception où l'infirmière est seule pour 30 patients. Où va-t-on ? On se dirige vers la fermeture de quasiment tous les services et la mort des hôpitaux marseillais."

Appel à la grève à partir de mardi. Pour éviter cette casse sociale, un appel à la grève a été lancé à partir de mardi prochain. "Oui, c'est un cri d'alarme car il faut que le gouvernement nous accompagne et nous laisse le temps de faire ces restructurations d'une manière sereine", revendique Frédéric Collart, chirurgien à la Timone. Des tailles dans les effectifs remettraient en cause la qualité des soins et obligeraient à fermer un certain nombre de lits et de services".