À Épinal, un futur gardien de prison dort devant les portes de la maison d'arrêt par -7 °C

  • A
  • A
À Épinal, un futur gardien de prison dort devant les portes de la maison d'arrêt par -7 °C
Devant les portes closes de l'établissement, le futur gardien de prison s'est assoupi dehors, par -7 °C.@ (Image d'illustration) AFP
Partagez sur :

Un gardien de prison encore en formation, devait suivre un stage à la maison d'arrêt d'Épinal. Sauf que pour l'accueillir, il n'y avait personne. Le gardien est resté dehors, risquant de mourir d'hypothermie.

L'accueil réservé à l'apprenti gardien de prison a choqué jusque dans le personnel de la maison d'arrêt de Nancy. Le week-end dernier, le jeune homme, originaire de Guyane, en formation à Agen, arrive en Lorraine, après 12 heures passées dans le train. Vosges Matin précise que dans son cursus de huit mois, l'élève doit effectuer plusieurs stages pratiques dans des établissements pénitentiaires. Sauf qu'à la maison d'arrêt d'Épinal, où il doit passer trois semaines, il trouve portes closes et, à 22 heures, personne pour l'accueillir.

Aucun cadre ne s'est déplacé. Sans un sou en poche, le jeune homme est venu à pied de la gare puis en stop. Devant l'établissement fermé, il téléphone à l'accueil et un agent prévient la hiérarchie. Sauf qu'aucun cadre de l'administration pénitentiaire ne s'est déplacé, alors que l'élève aurait dû être accueilli par un gradé-formateur. L'homme est resté dans le froid, par - 7° C, attendant que la nuit passe.

C'est un membre du personnel, logeant à proximité de la maison d'arrêt, qui a trouvé le jeune homme couché à même le sol. Assoupi et frigorifié, il est hébergé par l'agent pénitentiaire.

Les salaires du gardien débloqués en urgence. Dès le lundi, un élan de solidarité du personnel pénitentiaire est lancé pour aider l'élève à trouver de la nourriture et une collecte est faite pour soulever des dons d'argent liquide. La direction de l'établissement a réagi expliquant que "[le stagiaire] n'avait pas présenté sa situation de manière convaincante", de sorte à ce qu'il puisse être accueilli. "Il n'y a pas de polémique à avoir sur cet incident", précise le directeur de la maison d'arrêt.

Par ailleurs, le jeune homme n'avait pas touché un seul de ses salaires depuis le début de sa formation. Depuis que sa mésaventure a été médiatisée, tous ses salaires ont été débloqués, en urgence.