A Calais, les islamophobes vont braver l'interdiction de manifester

  • A
  • A
A Calais, les islamophobes vont braver l'interdiction de manifester
@ AFP
Partagez sur :

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé l’interdiction de toutes les manifestations pouvant provoquer "des troubles à l’ordre public" à Calais.

Les migrants sont "invités" par les associations à ne pas quitter la jungle de Calais, samedi, en raison d'une manifestation organisée par plusieurs collectifs dont Pegida, un mouvement ouvertement raciste et islamophobe. Un rassemblement qui a pourtant été interdit par la Préfecture.

"Appel aux patriotes contre la vague migratoire". Sur le tract, un drapeau français et un mot d’ordre simple : "appel aux patriotes contre la vague migratoire". Ce document émane du collectif "Calais idéoscope". Christophe Griffart, son fondateur, a déménagé à 20 minutes de Calais pour s’éloigner des migrants. Et il est prêt à braver l’interdiction de manifester. "Plus que jamais nous avons l’intention de manifester, d’autant plus parce que Bernard Cazeneuve nous l’a interdit. Il est fort probable que quelques personnes soient arrêtées. Dans ce cas-là, on sera nombreux à être condamnés car il va y avoir beaucoup, beaucoup de personnes sur les lieux… "

Pegida et Riposte laïque se joignent à la manifestation. S’il a donc conscience des risques encourus, il tient plus que tout à ce rassemblement "pour démontrer ce qu’est devenu cette ville de Calais. Tout le monde nous oublie. Nous sommes les laissés-pour-compte de ce pays. La situation est très très mal gérée. On n’en peut plus. On veut retrouver notre ville sereine et on veut retrouver le climat de sécurité qui régnait à Calais avant."

Malgré les risques d’affrontements  avec des militants d’extrême gauche, le leader de "Calais idéoscope" assure que la marche sera pacifiste. Une marche à laquelle se joindra deux associations islamophobes : Pegida et Riposte laïque espèrent même rassembler au moins un millier de personnes.