A 6 ans, il ne sait pas lire mais n’a pas le droit de redoubler

  • A
  • A
Partagez sur :

Le petit Jules, qui vient d’entrer en CE1, n’a pas été autorisé à redoubler malgré les demandes répétées de sa mère. 

Jules, un petit blondinet habitant dans l’Oise, vient d’entrer en CE1. Problème, il ne sait pas lire. Malgré l’insistance de sa mère pour lui faire redoubler son CP, la réponse a été catégorique : Jules a été obligé de passer en CE1, comme le raconte mardi le Courrier Picard. Car depuis 2014, le redoublement est devenu une exception, applicable seulement dans de très rares cas.

Sa mère ne comprend pas. Jennifer, sa mère, ne comprend pas cette décision. "Il n'arrive pas du tout à faire l'association des sons. A partir du moment où un mot dépasse deux syllabes, il est complètement perdu. A la maison, quand il a une leçon à apprendre, c'est moi qui lui lit. Je me sens complètement impuissante", témoigne sur Europe 1 la mère de Jules qui ne se "sent pas entendu". "J'aurais préféré qu'il redouble, je ne trouve pas ça normal de laisser passer un enfant en CE1 qui ne sait pas lire". 

Et pourtant, ce passage en CE1 est totalement assumé par l'académie d'Amiens. "Jules a du potentiel ailleurs qu'en lecture. Deux années de CP auraient été une perte de temps pour lui", nous a-t-on expliqué. L’enseignante de CE1 a assuré qu’elle allait lire les "énoncés des exercices de Jules avec une attention particulière", explique le Courrier picard. Mais le petit garçon accuse toujours un retard certain. Le soir, il n’apprend ainsi que cinq mots, pendant que ses petits camarades, eux, en apprennent dix.

La Picardie touchée par l’illettrisme. Plus inquiétant : Jules n’est pas, loin s'en faut, le seul dans ce cas en Picardie. La région a ainsi le taux d’illettrisme le plus élevé de France. Un enseignant dans une zone d’éducation prioritaire à Amiens-Nord assure même avoir trois élèves de sa classe de primaire avec les mêmes difficultés que Jules.