11-Novembre : "donner un visage au Soldat inconnu ? Je suis réservé", admet l'historien Nicolas Offenstadt

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Au micro de Wendy Bouchard, vendredi, sur Europe 1, l'historien Nicolas Offenstadt s'est dit "réservé" sur l'utilité du cliché donnant un "visage" du Soldat inconnu.

LE TOUR DE LA QUESTION

"Je trouve cela très ambigu." Invité de Wendy Bouchard vendredi, Nicolas Offenstadt, historien spécialiste des questions mémorielles, est revenu sur la photo du "visage" du Soldat inconnu, synthèse des 30.000 clichés de poilus. Un portrait que doit recevoir Emmanuel Macron à l'occasion de son passage à l'Historial de la Grande Guerre à Péronne, dans la Somme, pour les célébrations du centenaire de l'Armistice de 1918.

"Le principe du Soldat inconnu, c'est qu'il soit inconnu", rappelle Nicolas Offenstadt au micro d'Europe 1. "Et l'idée, c'est que toutes les familles en deuil puissent le projeter sur une figure symbolique. Donc à partir du moment où vous lui redonnez une figure, c'est très difficile de projeter un deuil, puisque du coup ce n'est plus votre parent", ajoute-t-il. "On peut donc dire que d'une certaine manière, cet archétype n'est pas fidèle à l'idée du Soldat inconnu."

>> De 9h à 11h, c’est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l’émission ici

La double idée derrière le Soldat inconnu. "Il y avait une double idée derrière le Soldat inconnu : d'une part symboliser tous les morts de la guerre, la violence de ce conflit et tout ce deuil collectif. Mais aussi de projeter sur lui l'idée qu'il peut être votre fils, votre mari, etc.", explique l'expert. "Car il y a eu beaucoup de disparus que l'on ne peut pas identifier pendant la guerre de 14-18, au moins 300.000 pour la France. Et si ce n'est pas le cas, au moins pouvoir faire un deuil symbolique", analyse-t-il, avant de conclure : "Du coup, donner un visage au Soldat inconnu, cette projection disparaît. Je suis donc réservé."